Aller au contenu principal
Font Size

Thierry Hulmer (président de Littoral Normand) : de la cohérence régionale au cœur d’une harmonisation européenne

llll « L’Europe est un outil à préserver. Elle permet de réguler les modes de production sous ses différents aspects : économique, social, environnemental (...) », évoque Thierry Hulmer. Le président de Littoral Normand invite également les différents acteurs du monde de l’élevage à plus de cohérences au plan régional.

© TG

>> A quelques semaines des élections européennes, quel message souhaiteriez-vous faire passer ?
Qu’il est un peu facile et démagogique de toujours taper sur l’Europe. Nous avons besoin de plus et de mieux d’Europe. J’invite donc les agriculteurs à faire preuve de
citoyenneté en allant voter. Me concernant, je privilégierai des candidats modérés.

>> Mieux d’Europe, cela signifie quoi ?
Qu’il faut remettre de la transversalité dans notre fonctionnement en arrêtant de tout vouloir surtransposer avec toujours plus de contraintes franco-françaises. Les normes sanitaires, animales et végétales, doivent être les mêmes pour tout le monde. Nous devons également harmoniser nos règles sociales et fiscales. Tout cela pour contribuer à plus d’équité et diminuer les distorsions de concurrence.

>> L’échelon local n’a-t-il pas besoin aussi d’harmonisation pour être plus efficace ?
Effectivement, les différents acteurs terrain doivent faire preuve de plus de cohérence.
C’est d’autant plus vrai que les troupeaux s’agrandissent et donc que les éleveurs ont de moins en moins droit à l’erreur. Nous devons nous coordonner entre OPA (Organisation Professionnelle Agricole) et profiter des évolutions techniques pour valoriser de nouvelles pratiques. Par exemple, une goutte de lait peut dire beaucoup de choses, il serait dommage de s’en priver.  N’ayons pas peur du changement. Il faut d’ailleurs mieux l’anticiper plutôt que de le subir.

>> La notion de bien-être animal est de plus en plus prégnante dans les débats de société. Comment l’abordez-vous ?
C’est une notion que l’on cuisine à toutes les sauces. Il faut certes répondre aux attentes de la société mais ne surtout pas glisser vers une surenchère marketing. Dans le cadre de Seenergi dont nous sommes actionnaires (ndrl : voir encadré), nous travaillons à l’élaboration d’indicateurs mais nous préférons parler de bien-être en élevage que de bien-être animal car il ne faut pas oublier l’humain dans cette approche. Nous nous sommes d’ailleurs retirés de projets qui ne correspondaient pas à nos valeurs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

MOISSON ORGE
Les orges ouvrent le bal des batteuses
Dès le milieu de la semaine dernière, les batteuses ont ouvert le bal de la moisson. Les orges, comme à leur habitude, sont les…
JA NORMANDIE
JA Normandie renouvelle son bureau
Après les élections départementales, JA Normandie a élu son nouveau bureau mardi 23 juin. Questions à Alexis Graindorge qui…
SAFER - JA NORMANDIE
Safer et JA de Normandie luttent contre l’accaparement des terres
En attendant une loi foncière, Safer et JA de Normandie s’organisent pour lutter contre le transfert opaque des terres. En 2019,…
Un pick-up lin conçu par la SAMA voit le jour
L’agriculture devra se passer du glyphosate d’ici quelques années. Les producteurs de lin anticipent l’arrêt de l’herbicide,…
Bureau JA 50
" Il y a encore des lignes à faire bouger "
Les JA de la Manche ont élu leur nouveau bureau vendredi 12 juin. A la tête de la structure, Luc Chardine, éleveur laitier en…
L’hétérogénéité des orges se confirme
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
Publicité