Aller au contenu principal

TIEA 2024
TIEA : une 21e participation pour le lycée Giel Don Bosco de l'Orne

Pour la 21e année consécutive, le lycée Giel Don Bosco dans l'Orne participe au Trophée international de l'enseignement agricole. Cette année, Isaline, Ombeline, Clément, Tony, Simon et Raphaël se frotteront aux autres départements français, sur le petit ring du Salon international de l'agriculture à Paris.

Ombeline, Isaline, Clément, Tony, Simon et Raphaël sont sur les chapeaux de roues à quelques jours du Salon international de l'agriculture. En première et terminale Conduite et gestion d'une entreprise agricole au lycée de Giel Don Bosco à Giel-Courteilles dans l'Orne, ils participent au Trophée international de l'enseignement agricole (TIEA) avec Rose, leur fidèle Normande. L'an dernier, leurs prédécesseurs ont remporté la première place. Vont-ils la conserver ? Redescendre dans le classement ? Pas question de se mettre la rate au court-bouillon pour cette 21e participation. "Peu importe le classement, l'important est de se faire plaisir", temporise Catherine Cary, enseignante et gérante de l’exploitation du lycée, accompagnée dans le projet par ses collègues professeurs, Eric Renard, Stéphanie Olivier et Muriel Vautier. L'établissement, en 21 ans, a remporté deux deuxième place et une première place.

Lire aussi : Le Robillard ne laisse rien au hasard

Ces six volontaires s'entraînent d'arrache-pied depuis plusieurs semaines sur l'exploitation de l'établissement composée de 132 ha, dont 100 ha environ de prairies. Une centaine de vaches, exclusivement des Normandes, évoluent en système pâturant. Les élèves devront maîtriser la manipulation du bovin (alias Rose). Ils seront aussi noté sur leur comportement lors du salon et sur la réalisation d'un film de quelques minutes.

Éleveurs demain

"Nous avons une nouvelle épreuve. La vidéo remplace l'article que les élèves des années précédentes avaient à élaborer", expliquent-ils. Avec leur réalisation intitulée "I have a dream", ils s'imaginent leur futur. "L'éleveur de demain sera le même qu'hier, il aura choisi son métier par passion et non par obligation. Il aura organisé son système pour se dégager du temps libre. Il sera plus soucieux du bien-être animal et de l'environnement. Il faut impérativement que l'éleveur de demain soit encore dans nos campagnes!" Tel est le credo des futurs éleveurs, scandé dans leur vidéo disponible sur la page Youtube du lycée.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

[LES GAGNANTS DU JOUR] Race Blanc bleu : deux éleveurs normands se démarquent
Jeudi 29 février 2024, le concours général agricole de race Blanc bleu s'est déroulé sur le ring de présentation du hall 1 du…
La SCA normande mise à l’arrêt forcé par les agriculteurs à Lisieux
Lundi 29 janvier 2024, sous l’impulsion de la FDSEA et des Jeunes agriculteurs, la profession s’est mobilisée pour bloquer la SCA…
Lucie Lesieur, heureuse éleveuse de Salers
À Rônai, dans l'Orne en Normandie, Lucie Lesieur s'épanouit enfin à la ferme. Après une formation en commerce, elle décide, alors…
[NEWS DU SALON] Grande championne, Hamada renouvelle l'exploit
Et un, et deux victoires à Paris pour Hamada, une Normande, jugée exceptionnelle par le juge, Charles Delalande le jour du…
[EN VIDEO] La Normande devient la star du Salon international de l'agriculture 2024
Sur les billets d'entrée, ou encore sur les affiches, dans le métro, la Normande sera à l'honneur pour la 60e édition du Salon…
Dans le Calvados, Elisabeth Borne remet les pieds sur terre
Jeudi 8 février 2024, l'ex Première ministre a visité le Gaec Pupin à Maizet dans le Calvados. Elisabeth Borne, désormais simple…
Publicité