Aller au contenu principal

TIEA 2024
Le Robillard ne laisse rien au hasard

Pour cette édition 2024 du Trophée International de l’Enseignement Agricole, l’établissement du Robillard mise sur le girl power avec une équipe de huit étudiantes qui partiront en février 2024 à Paris. En attendant, la classe composée de 25 élèves s’affaire dans les coulisses.

Les 25 élèves de première année de BTSA production animale du lycée agricole du Robillard organisent leur venue future au Salon international de l’agriculture 2024. Parmi eux, une équipe de six étudiantes et deux remplaçantes participera aux épreuves du TIEA (contention et manipulation, présentation de leur vache, animation d’un stand, etc.).
© LM

Au centre de formation du Robillard, dans le Calvados, ça fourmille dans les couloirs. Les étudiants viennent tout juste de revenir de vacances de Noël en ce lundi 8 janvier 2024. « Bonne année », lance pleine d’entrain une élève à sa camarade. Et quelle année ! 2024 s’annonce d’ores et déjà chargée pour les 25 apprenants inscrits en première année de BTSA production animale.

 Ces derniers se préparent pour les épreuves du Trophée International de l’Enseignement Agricole (TIEA) qui aura lieu durant le Salon international de l’agriculture (SIA) du 24 février au 3 mars à Paris. Le concours opposera une cinquantaine d’établissements agricoles. Fait notable : l’équipe se compose de 22 filles et trois garçons, toutes et tous motivés pour remporter la victoire.

Lire aussi : Pointage : rendez-vous à Paris pour Coralie Lecherpy

La communication, c’est le BA-ba

Loan et Anne-Laure, respectivement âgées de 19 et 18 ans, s’affairent sur les réseaux sociaux. « Facebook, Instagram et TikTok », énumèrent-elles. Elles ont la charge de promouvoir des photos et vidéos, de créer des flyers, de retoucher les visuels. Les deux étudiantes, originaires de Seine-Maritime, font partie de l’équipe communication de la mini-entreprise créée à l’occasion du TIEA. 

« Depuis une dizaine d’années, on participe à ce concours. On crée une junior entreprise pour l’occasion […] Chaque élève a réalisé un CV et a passé des entretiens professionnels avec des professeurs et des partenaires pour se voir attribuer un rôle au sein de l’équipe », explique Pierre Champeyrol, professeur d’informatique encadrant le projet.

Lire aussi : [LES GAGNANTS DU JOUR]. TIEA : Giel Don Bosco repart avec la médaille d’or

De l’investissement

Pleinement intégrée dans leur cursus pédagogique, l’aventure TIEA occupe une partie non-négligeable de l’emploi du temps. « Nous avons chaque semaine une à deux heures dédiées au projet, en classe. A côté, on compte aussi 4 à 5 heures par semaine, par élève », constate Loan. 

Il faut dire qu’il faut bichonner leur vache nommée Souveraine. « C’est une Normande comme la vache égérie [la vache emblème du SIA 2024 s’appelle Oreillette, elle est Normande et elle vient de l’Orne NDLR] », s’exclame Anne-Laure. « Elle a les lunettes caractéristiques de la race. Elle n’a eu qu’une seule lactation », précise Loan. 

Souveraine est la vache sélectionnée par les étudiants pour représenter le Robillard à Paris. © Le Robillard

Pour la sélectionner parmi le troupeau du Robillard, le groupe a été accompagné par l’OS Normande. Une journée de formation et sécurité aux bons gestes lors d’une épreuve de contention a aussi été dispensée par la MSA.

Lire aussi : [EN IMAGES] A la rencontre d'Oreillette, égérie du Salon de l'agriculture

L’autonomie accélérée

Créer une vidéo promotionnelle sur le thème « être éleveur de bovins demain », savoir manipuler un bovin en toute sécurité, présenter sa vache sur le ring ou tenir un stand sur le SIA sont autant de compétences requises dans le cadre du projet, sans compter la sollicitation de partenaires en amont du départ à Paris. 

Pierre Champeyrol, enseignant encadrant, aux côtés de Loan, laquelle se destine au métier de conseillère en élevage ou d’inséminatrice, et Anne-Laure, qui souhaite devenir auxiliaire vétérinaire rural, toutes deux membres de l’équipe communication de l’équipe TIEA du Robillard. © LM

« Ça nous apprend à nous organiser et à gagner en autonomie. Il faut faire en sorte que ce soit professionnel », remarque Loan. « J’ai une plus grande confiance en moi. Ça permet de mieux dialoguer », ajoute Anne-Laure. Des propos appuyés par leur professeur : « ça leur confère une aisance ou tout du moins une assurance pour communiquer. » 

Pratique. Pour suivre l’aventure du Robillard au TIEA 2024 : rendez-vous sur leur page Facebook @Rob’Cow.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

[LES GAGNANTS DU JOUR] Race Blanc bleu : deux éleveurs normands se démarquent
Jeudi 29 février 2024, le concours général agricole de race Blanc bleu s'est déroulé sur le ring de présentation du hall 1 du…
La SCA normande mise à l’arrêt forcé par les agriculteurs à Lisieux
Lundi 29 janvier 2024, sous l’impulsion de la FDSEA et des Jeunes agriculteurs, la profession s’est mobilisée pour bloquer la SCA…
Lucie Lesieur, heureuse éleveuse de Salers
À Rônai, dans l'Orne en Normandie, Lucie Lesieur s'épanouit enfin à la ferme. Après une formation en commerce, elle décide, alors…
[NEWS DU SALON] Grande championne, Hamada renouvelle l'exploit
Et un, et deux victoires à Paris pour Hamada, une Normande, jugée exceptionnelle par le juge, Charles Delalande le jour du…
[EN VIDEO] La Normande devient la star du Salon international de l'agriculture 2024
Sur les billets d'entrée, ou encore sur les affiches, dans le métro, la Normande sera à l'honneur pour la 60e édition du Salon…
Dans le Calvados, Elisabeth Borne remet les pieds sur terre
Jeudi 8 février 2024, l'ex Première ministre a visité le Gaec Pupin à Maizet dans le Calvados. Elisabeth Borne, désormais simple…
Publicité