Aller au contenu principal

L’interview de Vincent Rivasseau, chef du service protection sanitaire et environnement à la DDPP.
Tuberculose bovine : "L’objectif est d’avoir une surveillance exhaustive de la zone"

Une partie de la zone de prophylaxie renforcée pour la tuberculose bovine est passée en niveau 3 de surveillance de la faune sauvage. En cause : un blaireau détecté porteur de la maladie.

Vincent Rivasseau, chef du service protection sanitaire et environnement à la DDPP.
Vincent Rivasseau chef du service protection sanitaire et environnement à la DDPP.
© DR

>> Que fait-on quand on trouve un animal sauvage mort ?
Pour les animaux sauvages morts dans la nature, il existe le réseau de surveillance Sagir. Quand une personne trouve un animal mort, elle contacte la mairie qui, elle, prévient l’Office français de la biodiversité. En fonction de l’espèce de l’animal, de son état de conservation et du risque sanitaire, l’OFB procède ou non à son prélèvement. Ce dispositif fonctionne partout en France, pour tous les animaux de la faune sauvage. Il est notamment sollicité pour le suivi des canards sauvages morts en période d’influenza aviaire.

Lire aussi l'article : Le département passe en niveau 3


>> Et concernant la tuberculose bovine ?
Dans la zone de prophylaxie renforcée, l’État, le Conseil départemental et Labéo ont signé une convention pour assurer le ramassage des blaireaux morts sur les routes départementales. La personne qui trouve l’animal appelle la mairie qui contacte l’agence routière départementale. L’objectif est d’avoir une surveillance exhaustive de la zone.

>> Que mettez-vous en place dans la zone où le blaireau infecté a été découvert ?
Nous sommes en phase de consultation pour déterminer le zonage et les mesures qu’il faudra prendre. Les éléments seront rendus publics et soumis au Comité régional d’orientation de la politique sanitaire animale et végétale (Cropsav). Nous espérons pouvoir commencer à appliquer les mesures début 2021.

>> Et concernant les sangliers ?
Afin de vérifier la situation des sangliers, on va fournir aux chasseurs, via leur fédération, des buvards pour qu’ils assurent un prélèvement sur les animaux. Il s’agit d’imbiber le buvard de sang et de muqueuses au moment de l’examen de la venaison. Les buvards seront envoyés pour analyse à Labéo. Concernant les blaireaux, dans la zone infectée, le déterrage par les chiens est interdit pour éviter tout risque de contamination. Nous conseillons aux éleveurs de mettre en place des règles de biosécurité renforcées pour éviter tout contact avec la faune sauvage.

Les trois communes en zone infectée :
Le Mesnil-Villement,  Pont-d’Ouilly, Saint-Denis-de-Méré
Les trente-sept communes de la zone à risque :
Angoville, Le Bo, Bonnoeil, Caumont-sur-Orne, La-Chapelle-Engerbold, Clécy, Combray, Conde-sur-Noireau, Cossesseville, Le Detroit, Donnay, Fourneaux-le-Val, Les Isles-Bardel, Leffard, Les-Loges-Saulces, Martainville, Martigny-sur-L’ante, Meslay, Le Mesnil-Villement, Pierrefitte-En-Cinglais, Pierrepont, La Pommeraye, Pont-D’ouilly, Pontecoulant, Proussy, Rapilly, Saint-Denis-de-Méré, Saint-Germain-du-Crioult, Saint-Germain-Langot, Saint-Lambert, Saint-Martin-de-Mieux, Saint-Omer, Saint-Pierre-La-Vieille, Saint-Remy, Treprel, Le Vey, La Villette.

 

Exemples de règles de biosécurité
Mise en place de clôtures ou doubles clôtures permettant un espacement minimum de 4 mètres entre deux cheptels voisins ;  en zone infectée, surveillance  des terriers de blaireaux situés dans ou à proximité des pâtures ; aménagement des points d’abreuvement pour limiter la formation de bourbiers et les rendre inaccessibles à la faune ; pas de distribution de l’aliment directement au sol ; alimentation et abreuvement éloignés des lisières de bois ou forêts ; empêcher l’accès des tas de fumiers aux animaux de la faune sauvage ; nettoyage et désinfection du matériel agricole partagé lors de chaque changement d’exploitation.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Session de la Chambre d’agriculture de l’Orne lundi 21 juin 2021, sans les représentants de l’Etat qui ont fait valoir leur droit de réserve en raison du second tour des élections le 27 juin 2021.
La récolte 2021 s’annonce belle dans l'Orne
La dernière session de l’Orne, lundi 21 juin, a été marquée par l’absence, pour cause d’élections, du personnel administratif d’…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
« Marc Vandecandelaere (président de la coopérative Linière du Nord de Caen : « St-Manvieu-Norrey est le site idéal, pas de voisin et pas de consommation de terres agricoles » . DR
Le site de teillage à Saint-Manvieu-Norrey opérationnel en septembre 2022
Le permis de construire est déposé. Si tout va bien, la nouvelle usine de teillage de St-Manvieu-Norrey  (14) devrait être…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Publicité