Aller au contenu principal

Tuberculose bovine : le département passe en niveau 3

Mercredi 25 novembre, la DDTM du Calvados a informé, par communiqué de presse, que le département passe son plan tuberculose bovine en niveau 3. En cause, un blaireau prélevé positif. Mais pas de panique, souffle la profession. Le département de l’Orne en est au même stade.

tuberculose bovine
La campagne de prophylaxie pour la tuberculose bovine est en cours dans le département.
© Archive AN

« L’État est en charge de surveiller la transmission éventuelle de la tuberculose bovine entre les animaux d’élevage et la faune sauvage.  La surveillance des blaireaux dans ce cadre a conduit à la détection d’un cas positif, le 20 octobre 2020, sur 301 dépistages. Le cas positif se situe proche d’un élevage bovin, dans la commune de Ménil-Hubert-sur-Orne, qui avait été le lieu de la contamination en 2019. Cette situation a pour effet de relever le plan SYLVATUB au niveau 3 dans le Calvados.
De nouveaux prélèvements de blaireaux seront désormais mis en place par des arrêtés préfectoraux sur :
- la zone dite infectée (2 km autour des foyers bovins) et,
- la zone dite à risque (10 km autour des dits foyers).
De plus, des prélèvements seront réalisés par les chasseurs sur les sangliers dans toute la zone à risque.
Ainsi, la zone de surveillance s’étend sur 37 communes dans le Calvados et les arrêtés préfectoraux préciseront les territoires concernés et les mesures mises en place.
La zone de surveillance fait l’objet d’une coordination avec le département de l’Orne où 41 communes sont concernées.
Les éleveurs seront contactés par la direction départementale afin de recenser les terriers de blaireaux existants dans le but de procéder aux prélèvements, en lien avec les piégeurs agréés et les lieutenants de louveterie »
, indique le communiqué de presse.

Chacun son rôle

Franck Labarrière, responsable viande bovine à la FDSEA, commente : « concrètement, ça ne change pas grand-chose pour les éleveurs de bovins. Un blaireau positif sur 301 prélèvements, c’est relativement faible, mais la prudence et le protocole national imposent une surveillance accrue de la faune sauvage. Pas de panique », insiste-t-il. Franck Labarrière invite les agriculteurs à « signaler les terriers » et « tous les acteurs du monde rural à jouer leur rôle pour accentuer la surveillance des blaireaux ». Il rappelle aussi que, même si le confinement continue, des dérogations existent pour les chasseurs pour qu’ils accomplissent leur mission de régulation de population de gibier. Malgré la lourdeur administrative pour obtenir l’autorisation - faire une demande à la DDTM vingt-quatre heures avant puis envoyer un compte-rendu sous huit jours - Franck Labarrière constate que « là, la chasse prend tout son rôle ».

 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Marine et Jean-Sébastien Schils, agriculteurs du Calvados, sur M6 ce mercredi 4 janvier 2023
Marine et Jean-Sébastien Schils ont créé leur entreprise de pailles en seigle bio, La Paille d'O, afin de diversifier les sources…
Le CSP collectif : ce qu’en pensent les agriculteurs
La Chambre d’agriculture de Normandie organise quelques sessions de conseil stratégique phytosanitaire collectives. Près de 18 …
[EN IMAGES] Les étourneaux font leur nid dans le Bessin
Après le sud Manche, c’est au tour du Bessin, dans le Calvados, de subir les conséquences d’une présence excessive et durable de…
PARTICIPEZ AU JEU SM CAEN - BASTIA
 Jeu concours "Match à domicile du SM Caen". 2 places à gagner pour aller supporter votre club normand au stade d'Ornano !
Ter'élevage : l’ouest décapitalise plus qu’ailleurs
Succès pour les rencontres bovines Ter’élevage qui se sont déroulées le 7 décembre 2022 à Noyers-Bocage (14). 280 animaux…
A la ferme de Cesseville, on ne reste pas de glace devant les desserts
Des crèmes, des flans, des glaces... Depuis le 2 décembre 2022, Vanessa, Romain, Victor et Sacha contribuent, chacun à leur façon…
Publicité