Aller au contenu principal

Equipement
Un véhicule frigo monté en circuits courts

Parmi les équipements indispensables de l’éleveur transformateur, le véhicule réfrigéré. A Tanques, dans l’Orne, Thomas Graindorge a pu renouveler le sien en travaillant avec des entreprises proches de sa ferme.

VEHICULE FRIGO THOMAS GRAINDORGE
Thomas Graindorge et le nouveau Traffic de la Ferme de la Noë à Tanques (61) customisé aux couleurs de l’exploitation.
© DR

Thomas Graindorge utilisait déjà un véhicule réfrigéré pour ses livraisons de la fameuse crème Sineux, quand il a acheté un véhicule neuf. « L’ancien était adapté pour la crème, seule référence que nous avions, on pouvait y mettre pas mal de volume », retrace l’éleveur. Avec ses nouveaux produits, des yaourts essentiellement, il commence à « être juste en place ».
Il livre à une douzaine de clients par tournée, jusque dix, douze km de la ferme. Tout véhicule frigo doit obtenir l’agrément Cemafroid, renouvelable. « On aurait pu demander un agrément exceptionnel, mais on avait besoin de changer de format. » Il troque son ancien Renault Kangoo allongé de 2 m, avec un Traffic de 3,5 m3, « on a doublé de volume. »


Chez le concessionnaire

Thomas Graindorge s’est adressé à son concessionnaire auto, « le même qui m’avait vendu le Kangoo ». Ce dernier, basé à Argentan, est en relation avec un carrossier avoisinant qui réalise l’aménagement. « Pour la partie isotherme, il y a des normes à respecter, on n’a pas trop de choix ». Il peut tout de même faire ajouter des supports et des étagères. « On a trouvé ça super, la concession est à Argentan, le montage se fait à 300 mètres. » Pour la décoration, il s’adresse à une entreprise proche de la ferme, « tout en circuits courts ! »

Etre visible

L’éleveur décide de faire customiser son véhicule aux couleurs de sa ferme, à partir du visuel qu’il a lui-même créé et de ses propres photos. « Ça permet d’être visible, de communiquer ». Ancien informaticien, Thomas Graindorge s’occupe de la partie graphique et fournit les fichiers à l’entreprise, « c’est plaisant de trouver des idées », s’amuse-t-il. Il évalue le coût total de son nouveau Traffic à 30 000 euros, 20 000 euros pour la partie véhicule et 10 000 euros pour la partie frigorifique. Il a conservé l’ancien pour des besoins ponctuels et des animations en magasin.

En France, les véhicules réfrigérés sont régis par l’Accord sur le transport des denrées périssables (ATP), excepté pour les transports de moins de 80 km sans ouverture des portes. Les attestations sont délivrées par l’autorité compétente, le Cemafroid, par délégation du Ministère en charge de l’Agriculture.
Les étapes d’obtention du certificat
Pour les engins neufs, chaque prototype de caisse, de dispositif de production de froid ou d’engin doit passer un essai en station d’essais officielle ATP. Pour les engins en service à 6 ans puis à 9 ans, un véhicule frigorifique doit passer un test de descente ou de maintien en température dans un centre de tests habilité par le Cemafroid. Au-delà de 12 ans, l’engin doit passer en station officielle ATP pour un renouvellement de 6 ans. L’attestation peut ensuite être renouvelée tous les 6 ans.
Toute modification majeure de l’engin de transport frigorifique implique une mise à jour de l’attestation ATP avec ou sans test. Elle doit faire l’objet d’une demande, soit au fabricant, soit à un centre de test par le propriétaire de l’engin.
Source : http://www.autorite competenteatp.cemafroid.fr/

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

tuberculose bovine
Dans la Calvados, un 6e cas de tuberculose bovine confirmé
Le GDS confirme, vendredi 26 mars 2021, qu'un sixième foyer de tuberculose bovine a été détecté dans la zone historique.
SAMA THIBERVILLE 27
Un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27)
Depuis le 1er mars, la Sama propose un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27). Au commerce : Olivier…
Christian Duchemin vend la Ferme du Val d'Odon
Christian Duchemin passe la main. Alain Datin, aussi directeur du négoce D2N, a pris la tête de la Ferme du Val d'Odon,…
TUBERCULOSE BOVINE, REUNION THURY HARCOURT
Tuberculose bovine : la profession réclame efficacité et rapidité
Jeudi 18 mars, à Thury-Harcourt, les éleveurs de Suisse normande étaient invités à une réunion sur la tuberculose bovine, à l’…
Le Haras national du Pin proposé à la cession pour un euro symbolique
La préfète de l’Orne propose de céder le Versailles du cheval pour 1 € symbolique. Françoise Tahéri a annoncé la nouvelle mardi…
Saint-Louis Sucre : « La fermeture de Cagny, c’est du foutage de gueule »
Loïc Touzé, salarié Saint-Louis Sucre et délégué syndical FO, s'insurge de la fermeture de la sucrerie, annoncée le 31 mars 2021…
Publicité