Aller au contenu principal

Equipement
Un véhicule frigo monté en circuits courts

Parmi les équipements indispensables de l’éleveur transformateur, le véhicule réfrigéré. A Tanques, dans l’Orne, Thomas Graindorge a pu renouveler le sien en travaillant avec des entreprises proches de sa ferme.

VEHICULE FRIGO THOMAS GRAINDORGE
Thomas Graindorge et le nouveau Traffic de la Ferme de la Noë à Tanques (61) customisé aux couleurs de l’exploitation.
© DR

Thomas Graindorge utilisait déjà un véhicule réfrigéré pour ses livraisons de la fameuse crème Sineux, quand il a acheté un véhicule neuf. « L’ancien était adapté pour la crème, seule référence que nous avions, on pouvait y mettre pas mal de volume », retrace l’éleveur. Avec ses nouveaux produits, des yaourts essentiellement, il commence à « être juste en place ».
Il livre à une douzaine de clients par tournée, jusque dix, douze km de la ferme. Tout véhicule frigo doit obtenir l’agrément Cemafroid, renouvelable. « On aurait pu demander un agrément exceptionnel, mais on avait besoin de changer de format. » Il troque son ancien Renault Kangoo allongé de 2 m, avec un Traffic de 3,5 m3, « on a doublé de volume. »


Chez le concessionnaire

Thomas Graindorge s’est adressé à son concessionnaire auto, « le même qui m’avait vendu le Kangoo ». Ce dernier, basé à Argentan, est en relation avec un carrossier avoisinant qui réalise l’aménagement. « Pour la partie isotherme, il y a des normes à respecter, on n’a pas trop de choix ». Il peut tout de même faire ajouter des supports et des étagères. « On a trouvé ça super, la concession est à Argentan, le montage se fait à 300 mètres. » Pour la décoration, il s’adresse à une entreprise proche de la ferme, « tout en circuits courts ! »

Etre visible

L’éleveur décide de faire customiser son véhicule aux couleurs de sa ferme, à partir du visuel qu’il a lui-même créé et de ses propres photos. « Ça permet d’être visible, de communiquer ». Ancien informaticien, Thomas Graindorge s’occupe de la partie graphique et fournit les fichiers à l’entreprise, « c’est plaisant de trouver des idées », s’amuse-t-il. Il évalue le coût total de son nouveau Traffic à 30 000 euros, 20 000 euros pour la partie véhicule et 10 000 euros pour la partie frigorifique. Il a conservé l’ancien pour des besoins ponctuels et des animations en magasin.

En France, les véhicules réfrigérés sont régis par l’Accord sur le transport des denrées périssables (ATP), excepté pour les transports de moins de 80 km sans ouverture des portes. Les attestations sont délivrées par l’autorité compétente, le Cemafroid, par délégation du Ministère en charge de l’Agriculture.
Les étapes d’obtention du certificat
Pour les engins neufs, chaque prototype de caisse, de dispositif de production de froid ou d’engin doit passer un essai en station d’essais officielle ATP. Pour les engins en service à 6 ans puis à 9 ans, un véhicule frigorifique doit passer un test de descente ou de maintien en température dans un centre de tests habilité par le Cemafroid. Au-delà de 12 ans, l’engin doit passer en station officielle ATP pour un renouvellement de 6 ans. L’attestation peut ensuite être renouvelée tous les 6 ans.
Toute modification majeure de l’engin de transport frigorifique implique une mise à jour de l’attestation ATP avec ou sans test. Elle doit faire l’objet d’une demande, soit au fabricant, soit à un centre de test par le propriétaire de l’engin.
Source : http://www.autorite competenteatp.cemafroid.fr/

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

JA 61
Le nouveau bureau des Jeunes agriculteurs est en place
Le nouveau bureau des Jeunes agriculteurs de l’Orne est en place depuis mardi 19 avril 2022, pour la mandature 2022-2024. L’…
De 50 t à 0 t de tourteau de colza
Il fut un temps où Damien Odienne achetait 50 tonnes de tourteau de colza par an pour compléter la ration de ses laitières et…
fromage AOP Normandie - Livarot
Fromage AOP de Normandie : il faut sauver le colonel
Depuis quelques années, le livarot peine à séduire les consommateurs. La production du fromage aux cinq laîches ne cesse de…
Région politique agricole
La Région Normandie dévoile sa politique agricole 2023-2027
Les élus prévoient un programme co-construit avec la profession, simplifié, d’un montant de 60 millions d’euros par an. Les…
Agrial, ferme grandeur nature
Agrial lance sa Ferme grandeur nature en juin
La coopérative agricole Agrial a décidé d’ouvrir les portes de deux fermes adhérentes lors d’un nouvel événement intitulé : Ferme…
FDSEA 50, conférence de presse
La souveraineté alimentaire prend du plomb dans l’aile
La FDSEA de la Manche ne veut pas jouer les oiseaux de mauvais augure mais prévient déjà que, pour certains produits comme la…
Publicité