Aller au contenu principal
Font Size

Filière cidre
Une AG riche en débats chez les producteurs récoltants

Les membres de l’Association cidricole normande (ACN) ont débattu mardi 30 juin à Bretteville-L’Orgueilleuse (14) sur les modalités d’intervention de l’Etat pour soutenir les entreprises du secteur. La question de l’organisation de la filière, comprenant de nombreuses associations, a également été traitée.

Une trentaine de membres de l’association ont participé à l’AG de l’ACN.
© PC

Les questions liées au Covid-19 ont suscité de vifs débats. L’ACN s’est réunie durant la matinée du mardi 30 juin en présence d’une trentaine de membres à Bretteville-L’Orgueilleuse. À la suite de la présentation et de l’approbation des comptes, le sujet des conséquences de la crise sanitaire a été traité.

Quelles aides gouvernementales ?
Damien Lemasson, président de l’ACN et producteur de cidre, a abordé en deuxième partie de séance la question de l’impact du covid-19 sur la filière. La forme que prendraient les aides gouvernementales, voire régionales, à la filière a été sujette à controverse. La Fédération nationale des producteurs de fruits à cidre (FNPFC) a obtenu du gouvernement la distillation de 100 000 hl de cidre et demandera la destruction de 100 000 t de pommes au cours des futures négociations. Cette dernière mesure n’apparaît pas satisfaisante aux yeux de plusieurs membres de l’ACN. Certains pensent que détruire ces fruits permettrait d’éclaircir le marché et donc de permettre aux cours de repartir à la hausse. En face est mis en avant le problème éthique que peut soulever l’usage d’un tel procédé. En outre, l’ACN a cosigné avec l’Idac et le CICD une demande d’aide au stockage et à la communication à la Région. Le stockage a été vu par plusieurs membres comme pouvant engendrer un blocage des cours du cidre pour une durée importante.

Millefeuille au cidre
Les échanges ont également conduit les participants à aborder la question de la structure de la filière. L’assemblée s’est accordée à reconnaître que le nombre important d’associations représentant les entreprises du secteur cidricole (plus d’une dizaine) pouvait constituer un obstacle à une démarche cohérente. De plus, le poids de la filière sur le territoire est vu comme insuffisant pour orienter correctement le choix des élus. « La crise du covid-19 a le mérite de rassembler les professionnels en un front uni », fait toutefois remarquer Damien Masson.

 

Soutien de la Région à la filière cidricole
Réactions mitigées, en attente d’actions concrètes
Fin juin, lors d’une conférence de presse à Cambremer, au domaine Pierre Huet, Hervé Morin a annoncé les grandes lignes du plan de soutien de la Région à la filière cidricole. Le président de la Normandie mise sur la communication, la relance des ventes en GMS et une saison touristique faisant la part belle aux produits locaux, dont le cidre.
Thomas Pelletier, président de la Fédération nationale des producteurs de fruits à cidre (FNPFPC)
« Nous étions une vingtaine de producteurs présents à la conférence de presse. Nous pensions que la Région nous aiderait plus concrètement. Pour moi, rien de nouveau n’a été annoncé. La Région nous soutient, c’est important. Un groupe de travail a été créé pour réfléchir à une meilleure intégration du cidre dans la PAC 2021-2027, pour que la filière bénéficie des aides Feader. Elle soutient déjà la communication de l’Idac et de la Maison cidricole normande. Hervé Morin a parlé d’associer le cidre à la fête de la Coquille par exemple. Dans le fond, c’est une bonne idée, mais il faut mettre les moyens en face. Nous attendons de voir ce qui va se concrétiser. »
Jean-Luc Duval, vice-président d’Agrial
« Le Conseil régional est dans son rôle d’investir dans la communication, je n’attendais pas de soutien financier. La Maison cidricole travaille avec Clotilde Eudier (vice-présidente de la Région, chargée de l’agriculture).
Nous sentons la volonté d’appuyer le partenariat avec le tourisme. Nous le souhaitons depuis longtemps. Les Normands doivent être fiers de leur région, de leurs produits, marqueurs de notre identité. Depuis la crise sanitaire, il y a une union sacrée de la filière autour de la consommation de cidre. L’Unicid joue le jeu de chef d’orchestre. Il faut que les mesures de la Région entrent en musique. »
JP

 

 

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Moisson 2020 : Et si les blés redonnaient un peu d’espoir ?
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
(VIDEO) Une Lexion à tapis semi-chenillée dans le Bocage
À Villy-Bocage dans le Calvados, Thierry Bossuyt tourne avec la nouvelle Lexion 7700 qu’il a achetée en commun avec son frère.…
Julien Denormandie, ministre de l'Agriculture, curieux du contexte local
Julien Denormandie est venu visiter la ferme de François Rihouet à Périers (50) et écouter les demandes liées à plusieurs…
Requiem pour l’abattoir de Saint-Hilaire
Vendredi 10 juillet, Manuel Pringault, président du groupe Teba et patron de la société d’abattage saint-hilairien, ASH (gérante…
MC DO CONTRAT
Contrat McDo : « Je connais le prix, quelle que soit la date de sortie »
Romaric, Bernard et Françoise Anquetil élèvent des Prim’Holstein à Saint-Jean-des-Champs (50). Depuis 2007, les jeunes bovins…
Julie Bléron, gendarme référente agricole cultivée sur le milieu
Julie Bléron est référente agricole de gendarmerie depuis le mois de janvier. Sa mission est de recréer du lien entre les deux…
Publicité