Aller au contenu principal

A Fontenay-le-Marmion
Une installation XXL avec la SAFER

A Fontenay-le-Marmion, un agriculteur a repris la tête de la Grande Ferme. Pendant plus d’un an, la SAFER, avec le soutien du Conseil régional, a géré l’exploitation. Cette transition a permis de contrer l’ambition d’extension de l’industriel GDE, pour préserver l’emploi et l’agriculture.

© VM

Hubert Achard de la Vente est arrivé la semaine dernière, avec femme et enfant. Agé de 37 ans, cet ingénieur agronome est le nouveau propriétaire de la Grande Ferme. Pour rappel, cette exploitation était convoitée par l’industriel GDE. La SAFER l’a rachetée fin 2012. Pour financer 5,65 millions d’euros, l’organisme de gestion foncière s’est rapproché du Conseil régional de Basse-Normandie. C’est lui qui a financé les intérêts de l’emprunt contracté par la SAFER. “Il faut savoir prendre des risques. C’est un acte de volontarisme assez marqué entre la SAFER et la région. Cette opération est unique. Il s’agit d’une vraie innovation”, estime Laurent Beauvais, président du Conseil régional Basse-Normandie. François Dufour, son vice-président, acquiesce. “Ce projet correspond au développement agricole de la Région. Nous mettons en avant une agriculture périurbaine et des circuits courts. L’économie locale est ainsi préservée. Notre démarche valait le coup”. Au final, 23 emplois sont sauvegardés. “On doit souvent mettre plus d’argent sur la table pour autant d’emplois”, se satisfait Laurent Beauvais.

Un dossier réglé à l’amiable
Le Conseil régional et la SAFER savourent l’aboutissement du dossier. Une agence de communication accompagne la présentation à la presse. Tout un symbole… Derrière le sourire de rigueur se cachent néanmoins de longues négociations. Le dossier s’est réglé à l’amiable. La SAFER s’est saisie du dossier pendant l’été 2012. Et si elle n’a pas eu publiquement la parole, la famille Vandermersch a joué le jeu. La SAFER ne pouvait pas préempter les parts de société. Malgré ce vide juridique, elle a fait son métier. “Nous avons négocié. C’est l’art de la SAFER”, dixit Jean-Pierre Fontaine, son président. Dans ce contexte « artistique », les Vandermersch peuvent s’apparenter à des mécènes... Sans l’accord des cédants, point de conférence de presse du Conseil régional et de la SAFER pour louer l’aboutissement de ce dossier. En effet, la famille Vandermersch n’a pas privilégié l’offre financière pourtant supérieure de GDE. Cependant, le cadre législatif évolue. Désormais, la loi d’avenir devrait faciliter l’intervention de la SAFER. Le parlement et le sénat doivent acter l’élargissement du droit de préemption aux parts de société. La Région est ainsi prête à envisager, au cas par cas, la reconduction de ce type d’opération. Avec toujours le même objectif : favoriser l’installation de jeunes agriculteurs et la préservation des actifs agricoles du territoire.

Une expérience dans les vignes
Loin de ces considérations politiques, Hubert Achard de la Vente a longuement mûri son projet. Ce dernier a été retenu selon les critères du maintien de l’emploi et de l’activité agricole dans sa globalité. Sa première visite de la Grande Ferme date de 2012. Originaire du secteur de Domfront (61), il a géré un domaine avec 50 salariés et 200 hectares de vignes dans le Sud-Ouest pour le compte du Crédit Agricole. Le jeune installé souhaite développer les marchés fermiers. Il mise également sur un projet de ferme pédagogique et d’apiculture sur le site de Fresney-le-Vieux.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

VIDEO La Jaguar 990 TT Claas se démène dans la Manche
Le concessionnaire SM3 Claas a fait venir l’ensileuse 990 terra trac pour une démonstration dans la Manche. Venue d’Allemagne, la…
KATRINE LECORNU - MARQUE GRAND FERMAGE - AGRIAL
Marque Grand Fermage : « on veut donner une image crédible et vraie de notre profession »
Katrine Lecornu est éleveuse à Nonant, dans le Bessin (14). Depuis deux ans, elle travaille avec l’équipe marketing d’Agrial sur…
Blandine Julienne, JA 61
Blandine Julienne : " J’aime gérer le relationnel et le terrain "
Blandine Julienne est installée en lait et cultures avec son conjoint Vivien à Bizou, dans le secteur de Longy-au-Perche. D’une…
Frédéric Bellanger, Orne
Chez Frédéric Bellanger, le bonheur est dans l’herbe
Pour Frédéric Bellanger, producteur de viande bovine à La Boursillière à Moutiers-au-Perche (61), le bonheur est dans le pré :…
JULIEN DENORMANDIE
Julien Denormandie : « Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens »
« Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens », souligne le ministre de l’Agriculture avant d’ajouter…
Jennifer Morin, agricultrice
Jennifer Morin, « mieux vaut avoir le caractère bien trempé »
À Larchamp, commune nouvelle de Tinchebray-Bocage (61), Jennifer Morin est installée avec son mari en lait. Non issue du milieu…
Publicité