Aller au contenu principal

Salon international de l'agriculture 2024
Une première au Salon pour Corentin Angot

Diplômé ingénieur agronome, Corentin Angot se plaît à travailler sur la ferme paternelle à Gouffern-en-Auge, dans l'Orne en Normandie, dotée d'un troupeau de Salers. Pour le moment salarié, il a pour but de reprendre l'exploitation, mais en attendant, il réalise "un rêve de gosse", celui de présenter ses animaux au Salon de l'agriculture.

Corentin Angot participe au concours Salers du Salon de l'agriculture 2024.
© DR

Sur la ferme paternelle à Gouffern-en-Auge, dans l'Orne en Normandie, composée de 140 mères, Corentin Angot, 25 ans, travaille d'arrache-pied pour parfaire au mieux la génétique du troupeau. Et ça paye. Dans quelques jours, il sera sur le ring parisien avec Laika, 10 ans - "elle nous fait que des mâles et pèse plus d'une tonne" - et son veau Vasco. Elle a remporté le premier prix de sa section au concours régional à Vachement Caen, édition 2023.

Lire aussi : Lucie Lesieur, heureuse éleveuse de Salers

Passion et dynamisme

Salarié de l'exploitation, il sera d'ici peu le gérant - son père, double actif, lui laisse bientôt les rênes de l'exploitation - et compte bien poursuivre la gestion de la ferme à sa manière. La moitié du troupeau est conduite en croisement, l'autre moitié en race pure, "pour raison économique". Il privilégie, en génétique, les bonnes productrices de lait et des souches calmes. La grande partie de la reproduction se fait en monte naturelle. Seulement 8 % en insémination artificielle.


"Participer au Salon international de l'agriculture en tant qu'éleveur, présenter une bête au concours, c'est une première pour moi et c'est un rêve de gosse qui se réalise", se réjouit Corentin Angot.

"La Salers, race rustique, a de grandes qualités maternelles. J'ai grandi avec elle et je ne m'en séparerai pas, partage l'éleveur. Être au Salon, c'est beaucoup et nous ne sommes que cinq éleveurs. C'est serré ! Ce que j'espère surtout, c'est que tout se déroule au mieux, que l'ambiance sera bonne et que ma vache sera classée à la hauteur de ce qu'elle mérite", confie Corentin Angot, aussi administrateur Herd Book Salers.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Six installations plutôt qu'un (des) agrandissement(s) en Normandie
Safer et JA Normandie ont réuni, samedi dernier à Petit-Caux près de Dieppe (76), les acteurs d'une opération foncière inédite…
La haie en session CAN : plein les bottes d'attendre
La CAN (Chambre d'agriculture Normandie) s'est réunie en session le 15 mars 2024. Le 15 mars, c'est aussi la date…
Les organisateurs ont présenté l'affiche officielle et le programme, lundi 25 mars 2024 à Lisieux.
La foire de Lisieux de retour ce week-end du 6 et 7 avril 2024
Habituellement organisée début mai, la Foire de Lisieux revient dès le 6 et 7 avril 2024 pour cette nouvelle édition. Au…
GAGNEZ 2 PLACES POUR LE MATCH SMC - LAVAL
Jeu concours pour aller encourager votre club normand au stade d'Ornano !
Nicolas Legentil était l'hôte d'une porte ouverte allaitante, jeudi 14 mars, à Brémoy. Il a fait visiter son exploitation aux 250 invités.
[EN IMAGES] Taurillons : le Gaec Legentil expose son savoir-faire dans le Calvados
Jeudi 14 mars 2024, le Gaec Legentil a accueilli plus de 250 personnes sur son exploitation, à Brémoy, dans le Calvados, pour une…
Entretien : pas de cours d'eau à la main dans la Manche
Point d'étape sur les conséquences de la tempête Ciaran, la pluviométrie abondante, la gestion des arbres, des branchages, des…
Publicité