Aller au contenu principal

Huiles essentielles
[Vidéo]. Huiles essentielles : dans l'Eure, ça fleure bon le sud

L’entreprise Normandie Arômes cultive des plantes aromatiques près d’Evreux dans l'Eure, sur des terres habituellement productrices de céréales. Origan, estragon, thym ou menthe poivrée, mais aussi fenouil amer, utilisé dans la recette de Pernod Ricard, prospèrent en terre euroise depuis quelques années déjà. Le point en ce mardi 3 octobre 2023.

Dans l’Eure, de grandes plaines céréalières, mais pas que. Parmi la luzerne, le maïs, le lin ou le colza s’épanouissent, différentes variétés de plantes aromatiques et médicinales, destinées à la production d’huiles essentielles ou d’hydrolats. Ici se fournissent professionnels de l’industrie de la parfumerie, cosmétique, aromathérapie, pharmaceutique et agroalimentaire tel que l’indémodable Pernod Ricard.

Trois exploitants

L’entreprise Normandie Arômes, fondée à Foucrainville il y a plus de 23 ans, produit 17 plantes différentes : « Mes parents souhaitaient se diversifier. C’était à l’époque une exploitation typique du plateau de Saint-André : blé, orge, colza », précise Valentin Raoul, gérant depuis 2021 et associé avec deux autres agriculteurs, Jean-Luc Placier de Breuilpont et Benoît Lefort à Corneuil.

Ils dédient un tiers de leur surfaces respectives à la culture des plantes, soit environ 300 ha au total, dont une partie est conduite en agriculture biologique. Pour ce faire, le trio s’est doté d’un outil industriel pour la distillation. « Ce sont des végétaux capables de fournir des huiles essentielles par distillation à la vapeur d’eau. On n’utilise aucun solvant. Après la fauche, elles doivent être distillées dans la journée », détaille Valentin Raoul, qui poursuit en parallèle la production de blé, d’orge et de colza sur 150 ha.

Des plantes du Midi

Ingénieur agronome, il a conseillé pendant dix ans des traders dans le secteur agricole avant de revenir sur la ferme familiale, où plus de 40 tonnes d’huiles essentielles sont produites chaque année. Parmi elles : estragon, origan, thym, menthe poivrée, tournesol ou encore monarde, plante endémique du Canada, utilisée dans le domaine pharmaceutique. En Normandie, le réchauffement climatique joue en la faveur de ces plantes habituellement cultivées dans le sud de la France.

Pernod Ricard

Autant dire que les effluves émanant des bâtiments de stockage fleurent bon le Midi, en particulier celles du fenouil amer, qui offre le goût si caractéristique du Ricard. « Nous sommes le premier producteur de France de fenouil amer pour Pernod Ricard, avec qui nous avons un contrat depuis une quinzaine d’années. Un partenaire incroyable qui nous met à disposition un technicien pour mener à bien la culture de fenouil », poursuit Valentin Raoul.

Normandie Arômes est aussi leader européen sur les huiles essentielles de menthe, de monarde et de thuya, utilisé comme fixateur de parfum en parfumerie. « Il y a trois différentes familles de plantes aromatiques : les pérennes, en place cinq à sept ans, que l’on ne met pas en tête de rotation, étant bon précédent de céréale telle que la monarde. Les annuelles comme le chanvre, là aussi très bon précédent de céréales et la troisième famille, en place deux ans, tel que le fenouil amer », explique Valentin Raoul, qui déposera, d’ici quelques mois, sa propre variété de monarde, 100 % adaptée au plateau de Saint-André.

 

Normandie Arômes, c’est…
3 associés
7 salariés à temps plein
300 ha de cultures
17 variétés de plantes aromatiques
40 tonnes d’huiles essentielles produites chaque année
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Pascal Le Brun a été entendu par les adhérents des sections lait de la FDSEA et JA, représentées par Ludovic Blin, Edouard Cuquemelle et Luc Chardine.
FDSEA et JA interpellent Pascal Le Brun d'Agrial
Le 11 avril dernier, une cinquantaine d'adhérents des sections lait de la FDSEA et des JA ont rencontré Pascal Le Brun d'…
Un accord a été signé pour 425 €/1 000 litres en moyenne nationale sur les quatre premiers mois de l'année. Les discussions continuent sur la formule de prix.
Accord avec Lactalis : le combat de l'Unell continue
Après plusieurs semaines de tensions et d'incertitudes, depuis décembre 2023, l'Union nationale des éleveurs livreurs Lactalis (…
Ghislain Huette (à gauche) et Armand Prod'Homme (à droite)
"JA61, c'est avant tout une équipe"
La relève est assurée. Le lundi 15 avril 2024, Armand Prod'Homme et Ghislain Huette ont été nommés coprésidents du syndicat des…
Philippe Chesnay cultive sur 54 ha en bio du colza, de l'avoine et du trèfle principalement.
Aides de la PAC : ça ne passe toujours pas
Philippe Chesnay, agriculteur en grandes cultures, est toujours en attente d'une aide de 300 euros, qui devait lui être versée…
Soirée conviviale mais aussi l'occasion de faire plus ample connaissance entre élus ou délégués du Cerfrance Normandie Ouest (Calvados et Manche). Pour la petite histoire, la OLA d'avant match n'a pas suffi. Le Caen HB (dont le Cerfrance Normandie Ouest est partenaire) s'est incliné d'un petit but (35 à 36) et devra encore se battre pour assurer son maintien parmi l'élite.
Le Cerfrance Normandie Ouest lance sa nouvelle mandature
C'est à l'occasion du match de hand-ball Vikings contre Massy, vendredi 19 avril 2024 au Palais des Sports de Caen, qu'Antoine…
A Bretteville-sur-Ay, Charlène et Thomas Lebreuilly, maraichers bio, ont échangé avec le premier ministre, Gabriel Attal, en présence des responsables agricoles de la Manche.
Gabriel Attal, Premier ministre dans la Manche : "L'agriculture est une force et une chance"
Le Premier ministre, Gabriel Attal, s'est déplacé dans la Manche, samedi 27 avril, en débutant par la Foire aux bulots de…
Publicité