Aller au contenu principal

Festival de la viande
Bruno Renard remporte le prix du championnat

Au Festival de la viande de Torigny-les-Villes dans la Manche, samedi 19 et dimanche 20 novembre 2022, Bruno Renard s’est imposé dans le dernier carré, au prix de championnat grâce à une Normande cularde. Une vache qui a permis à l’éleveur de décrocher une valorisation à 11 €/kg.  

La Normande cularde de 4 ans et demi permet à l’éleveur ornais, Bruno Renard de repartir avec le prix de championnat, et une belle valorisation.
© DR

Bruno Renard est plutôt connu pour être un éleveur de Blondes d’Aquitaine. En effet, il est le président de l’association de race de Normandie. Sur son exploitation basée sur la commune de Le Pas Saint-L’Homer, au village des Baroudières, dans l'Orne, pas moins de 160 mères Blondes d’Aquitaine sont réparties sur les terres ornaises.

Une première participation

Au festival de la viande à Torigny-les-Villes, dans la Manche, les Blondes d’Aquitaine étaient bien présentes. Mais ce n’est pas grâce à cette race que l’éleveur s’est démarqué. Il a décroché le grand prix d’excellence de sa section et le prix de championnat avec une Normande au gène culard. Elle fait partie des quinze Normandes qu’il a sur son exploitation. « C’est ma première participation », se réjouit-il. Il repart bien sûr avec sa plaque et surtout conclut une belle vente. « C’est une vache qui est née chez nous. Je pense que j’avais l’animal qui correspondait cette année », ajoute-t-il.

De l'Orne à Cherbourg

Pour l’éleveur, la Normande cularde correspond à une petite niche et permet d’atteindre une valeur ajoutée grâce à sa tendreté et sa saveur gustative exceptionnelle. Agée de 4 ans et demi, elle a été transplantée pour permettre de garder cette souche sur l’exploitation. « La génétique, ce n’est pas automatique », assure l’éleveur. Mais Bruno Renard a misé beaucoup avec cette vache. Le 19 novembre dernier, il est reparti avec la satisfaction d’avoir fait un bon travail et décroché une bonne valorisation, à hauteur de 11 €/kg.

Cette bête d’exception passera par l’abattoir Socopa de Coutances avant de rejoindre les étals d’Auchan à Cherbourg pour les fêtes de fin d’année. « Je ne m’étais pas fixé d’objectif pour cette première participation. Et ce n’est pas tous les jours qu’on termine premier. Alors, effectivement, cette journée s’est très bien terminée », conclut-il. Bruno Renard s’apprête à accueillir la prochaine assemblée générale de l’Aseban (association des éleveurs Blonde d’Aquitaine de Normandie) le 14 décembre sur son exploitation.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Marine et Jean-Sébastien Schils, agriculteurs du Calvados, sur M6 ce mercredi 4 janvier 2023
Marine et Jean-Sébastien Schils ont créé leur entreprise de pailles en seigle bio, La Paille d'O, afin de diversifier les sources…
La coopérative linière du nord de Caen recrute
La Coopérative linière du nord de Caen créé une nouvelle équipe de nuit et recrute une dizaine de personnes sur son site de…
Le CSP collectif : ce qu’en pensent les agriculteurs
La Chambre d’agriculture de Normandie organise quelques sessions de conseil stratégique phytosanitaire collectives. Près de 18 …
[EN IMAGES] Les étourneaux font leur nid dans le Bessin
Après le sud Manche, c’est au tour du Bessin, dans le Calvados, de subir les conséquences d’une présence excessive et durable de…
PARTICIPEZ AU JEU SM CAEN - GRENOBLE
 Jeu concours "Match à domicile du SM Caen". 2 places à gagner pour aller supporter votre club normand au stade d'Ornano !
Ter'élevage : l’ouest décapitalise plus qu’ailleurs
Succès pour les rencontres bovines Ter’élevage qui se sont déroulées le 7 décembre 2022 à Noyers-Bocage (14). 280 animaux…
Publicité