Aller au contenu principal

Face à Savencia
[EN IMAGES] 550 producteurs de Ouest'lait unis et dans l'attente

Après une forte mobilisation devant le site d'Armor Protéines (Savencia) à Maen-Roch, aux portes de Fougères le 8 février, les producteurs de l'OP Ouest'lait sont en attente de la décision du comité de règlement qui leur permettrait de prolonger leur contrat jusqu'à la fin de l'année 2024 qui devrait être connue le 16 février. 

Ils étaient plus de 250 producteurs à s'être déplacés le 8 février devant le site d'Armor Protéines (Savencia) à Maen-Roch, entre Saint-James (Manche) et Fougères (Ille-et-Vilaine). Et pour cause, le contrat initial qui liait les producteurs à Savencia arrive à échéance le 8 mars 2024. La date butoir arrive donc à grand pas. Mais pour les producteurs, l'objectif est de " rester unis ", expriment-ils les uns après les autres, ici dans l'Ouest comme à Jurançon (Pyrénées Atlantiques) où une mobilisation était également organisée. " On ne va pas vous vendre du rêve mais nous voulons défendre nos arguments ", souligne Landry Rivière. 

Lire aussi : Sunlait veut trouver une issue pour ses producteurs

Avant qu'une délégation de six personnes rencontre le responsable de la collecte, Guillaume Migault, le président de Ouest'lait a fait état de la situation. " On demande l'arrêt des pressions auprès des producteurs par Savencia. Il vous fait peur. Il fait du chantage au volume si vous ne partez pas de l'OP. C'est inadmissible ", insiste-t-il, lui qui a reçu une mise en demeure. " Nous voulons retourner à la table des négociations. L'organisation de producteurs a été créée dans le but de pouvoir négocier de manière collective. C'est votre outil. Il n'est pas question de partir de Sunlait ", martèle-t-il. 

Lire aussi : Sunlait contre Savencia : la bataille judiciaire fait rage

Une décision attendue le 16 février 

La situation est donc toujours conflictuelle entre les producteurs et l'industriel laitier. Désormais, la situation est scrutée par toute la filière laitière tout comme la décision du Comité de règlements des différends commerciaux attendue ce 16 février. " On est convaincu qu'on peut trouver une solution ", confie Landry Rivière, restant positif et combatif pour l'ensemble des producteurs. 

Lire aussi : Les producteurs sont déboutés et dégoûtés

Si aujourd'hui, 14 producteurs ont démissionné de l'OP, il en reste plus de 500 en quête de solutions après le 8 mars. À ce jour, " la volonté de ne pas discuter avec Sunlait ne donne pas le choix d'aller en cassation. On pourra la lever lorsque les six OP de Sunlait auront été signés avec Savencia Ressources laitières ", conclut Landry Rivière.

Lire aussi : Savencia ne veut laisser aucun producteur sur le bord de la route

Paroles de producteurs 

 

David Turpin, Saint-Laurent-de-Cuves

Installé en avril 2000 (70 vaches laitières)

La situation n’est pas facile à vivre. Mais je ne vois pas comment Savencia peut nous mettre dehors. Il y a dix ans, l’organisation de producteurs a été mise en place pour le bien de tout le monde, pour pouvoir négocier collectivement. C’est plus facile qu’individuellement. Et c’est ce qui fait la force de l’organisation de producteurs. Aujourd’hui, la situation n’est pas tenable. 

 

 

 

Rachel Lepeltier Bacilly

Installée en 1999 (85 vaches laitières)

La laiterie cherche toujours à nous écraser même avec le jugement de la cour d’appel. Cela ne m’empêche pas de dormir mais psychologiquement, ce n’est pas simple à vivre. Le dialogue est rompu. Savencia fait tout pour casser l’OP et l’AOP Sunlait. Je n’ai pas eu personnellement de pression mais cette situation est inquiétante. On veut tout faire pour défendre les producteurs. 


 

 

Michel Rivière, Brécey

Installé en 1989 (70 vaches laitières)

Il faut rester groupé pour faire pression, montrer qu’on est là tous ensemble. C’est le maitre mot. C’est l’état d’esprit du collectif. La situation m’inquiète. Mais Savencia est au cœur d’un bassin laitier. L’entreprise ne peut pas se priver de notre lait. Je n’ai pas vu de responsables dans mon exploitation mais le climat ne favorise pas les négociations. Elle va continuer à imposer son prix. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

La SCA normande mise à l’arrêt forcé par les agriculteurs à Lisieux
Lundi 29 janvier 2024, sous l’impulsion de la FDSEA et des Jeunes agriculteurs, la profession s’est mobilisée pour bloquer la SCA…
Dans le Calvados, Elisabeth Borne remet les pieds sur terre
Jeudi 8 février 2024, l'ex Première ministre a visité le Gaec Pupin à Maizet dans le Calvados. Elisabeth Borne, désormais simple…
Lucie Lesieur, heureuse éleveuse de Salers
À Rônai, dans l'Orne en Normandie, Lucie Lesieur s'épanouit enfin à la ferme. Après une formation en commerce, elle décide, alors…
[EN IMAGES] Des annonces concrètes suspendent les actions dans la Manche
Après les annonces du Premier ministre, Gabriel Attal, le 1er février 2024, les présidents de la FDSEA et des Jeunes agriculteurs…
[EN VIDEO] La Normande devient la star du Salon international de l'agriculture 2024
Sur les billets d'entrée, ou encore sur les affiches, dans le métro, la Normande sera à l'honneur pour la 60e édition du Salon…
[EN IMAGES] Mobilisation : 65 tracteurs en opération escargot sur le périphérique de Caen
Pour répondre à la mobilisation générale des syndicats FNSEA et Jeunes agriculteurs en France, la FDSEA du Calvados et les JA 14…
Publicité