Aller au contenu principal

Découpe & transformation
[EN IMAGES] Éleveurs de la Charentonne : la qualité avant tout le reste

Pour sa dernière assemblée générale, le syndicat des éleveurs de bovins Charolais de l'Orne a eu le privilège d'assister à une visite guidée de l'atelier de découpe et de transformation des Éleveurs de la Charentonne à Gacé, mardi 19 mars 2024. Immersion.

Équipés d'une blouse immaculée, d'une charlotte et d'un masque sanitaire, les adhérents du syndicat des éleveurs de bovins Charolais de l'Orne se sont élancés, mardi 19 mars 2024, dans les dédales de l'atelier de découpe et de transformation des Éleveurs de la Charentonne à Gacé, dans l'Orne. Une plongée au cœur d'un complexe industriel pensé pour valoriser la viande locale.

Lire aussi : [EN IMAGES] Le syndicat de race Charolais en sortie pédagogique dans l'Orne

60 bêtes/semaine

Christine Pottier, responsable qualité, a conduit la visite d'un pas sûr. Premier arrêt dans la salle de nettoyage des bacs de stockage bicolores, beiges et rouges. "Afin d'éviter la consommation excessive de carton, la viande est d'abord déposée dans des bacs réutilisables. Au préalable, chaque bac subit un lavage chloré", décrit-elle. Direction ensuite le quai de réception où les carcasses atterrissent.

Pas moins de 60 bovins, 80 agneaux (300 au moment de Pâques) et 35 veaux arrivent dans les locaux chaque semaine. La visite se poursuit par les frigos, partie préférée des éleveurs qui peuvent y observer les carcasses. Température moyenne : 2 °C. Place ensuite à l'atelier boucherie et préparation de plats, avant de rejoindre la plateforme d'envoi.

Lire aussi : [EN IMAGES] Béliers Roussin de la Hague : la plus forte enchère à 700 €

Cahier des charges

La rencontre a aussi été l'occasion de (re)voir ensemble le cahier des charges privilégié pour les bovins normands. Le groupe donne la priorité aux génisses de plus de 30 mois, aux bœufs et aux vaches de moins de 8 ans avec un poids entre 380 et 480 kg. 

"Nous avons un problème avec les grosses carcasses, celles de plus de 500 kg. Nous avons du mal à vendre les côtes de bœuf par exemple vis-à-vis du prix au kg. Aussi, le consommateur achète 180 g de filet, pas plus", remarque Christine Pottier. "En tant qu'agriculteur, on veut faire du poids pour être mieux valorisé", oppose Nicolas Braudeau, vice-président du syndicat.

"On sait bien que ce n'est pas évident pour vous. Mais pour augmenter les ventes, il faut s'adapter", répond Christine Pottier. Autres critères de sélection : 60 jours d'engraissement et 180 jours de pâturage minimum par an.

Lire aussi : Les Éleveurs de la Charentonne valorisent " le haut du panier "

NatUp & Charentonne

À l'origine, la SARL a été créée par François Lemière (59 ans) et quatre autres exploitants de l'Orne en 2005. "Très impliqué sur l'amont", François Lemière recherche et approuve chaque contrat avec pour leitmotiv les circuits courts et l'excellence. Et ça marche, puisque "le modèle continue de croître" avec 38 magasins à son actif, se réjouit Sabrina Racine, responsable commercial.

Si la SARL a un partenariat historique avec l'abattoir de Socopa à Gacé, elle s'est tournée depuis 2021 vers la coopérative NatUp. L'objectif affiché : "continuer à développer l'enseigne Charentonne", explique François Bloc, responsable du pôle animal chez NatUp.

Spécialisée dans les légumes, les fibres et les grains, elle officie sur quatre régions et huit départements avec 5 000 adhérents, 7 000 agriculteurs et 65 000 têtes ovines et bovines à son actif. "Il faut que l'on se diversifie", admet le professionnel en quête de nouveaux éleveurs pour s'engager à leurs côtés et ainsi approvisionner les magasins. Les Éleveurs de la Charentonne projettent l'ouverture de trois à quatre magasins par an - dont un prochain en Seine-Maritime.

Lire aussi : Les éleveurs de la Charentonne débarquent à Bénouville

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Pascal Le Brun a été entendu par les adhérents des sections lait de la FDSEA et JA, représentées par Ludovic Blin, Edouard Cuquemelle et Luc Chardine.
FDSEA et JA interpellent Pascal Le Brun d'Agrial
Le 11 avril dernier, une cinquantaine d'adhérents des sections lait de la FDSEA et des JA ont rencontré Pascal Le Brun d'…
Ghislain Huette (à gauche) et Armand Prod'Homme (à droite)
"JA61, c'est avant tout une équipe"
La relève est assurée. Le lundi 15 avril 2024, Armand Prod'Homme et Ghislain Huette ont été nommés coprésidents du syndicat des…
Philippe Chesnay cultive sur 54 ha en bio du colza, de l'avoine et du trèfle principalement.
Aides de la PAC : ça ne passe toujours pas
Philippe Chesnay, agriculteur en grandes cultures, est toujours en attente d'une aide de 300 euros, qui devait lui être versée…
Le festival de l'élevage revient à l'hippodrome de Vire vendredi 31 mai et samedi 1er juin 2024.
Festival de l'élevage 2024 à Vire : "le concours phare" des Prim'Holsteins en Normandie
La ville de Vire, dans le Calvados, va de nouveau accueillir son festival de l'élevage, vendredi 31 mai et samedi 1er juin…
A Bretteville-sur-Ay, Charlène et Thomas Lebreuilly, maraichers bio, ont échangé avec le premier ministre, Gabriel Attal, en présence des responsables agricoles de la Manche.
Gabriel Attal, Premier ministre dans la Manche : "L'agriculture est une force et une chance"
Le Premier ministre, Gabriel Attal, s'est déplacé dans la Manche, samedi 27 avril, en débutant par la Foire aux bulots de…
Un projet de voie verte a été porté à connaissance d'exploitants de la Vallée de la Touques, ce qui inquiète l'association pour la protection de l'environnement de la vallée de Saint-Julien-sur-Calonne, zone inondable.
Vallée de la Touques, dans le Calvados : bientôt des cyclistes dans les champs ?
L'Association pour la protection de l'environnement de la vallée de Saint-Julien-sur-Calonne, dans le Calvados, est sur le pied…
Publicité