Aller au contenu principal

Foncier : apporteur de capitaux et de solutions

Le 1er mars prochain, Jean-Roger Gauvain sera officiellement agriculteur. S’il a mis la main au porte-monnaie en achetant 4 ha 92 et un bâtiment (future bergerie), rien n’aurait-été possible sans l’implication d’un apporteur de capitaux.

Jean-Louis Delahaye (chef de service à la SAFER Basse-Normandie) semble indiquer à Jean-Roger Gauvain (futur associé du GAEC du Goutheau) la direction à suivre. Cette opération est presque un modèle du genre : portage temporaire de foncier, placement financier pour un investisseur désireux de diversifier son capital, installation d’un jeune sur une structure de 60 ha, consolidation d’un GAEC sans oublier la sauvegarde et la mise en valeur d’un bâti historique. 
Jean-Louis Delahaye (chef de service à la SAFER Basse-Normandie) semble indiquer à Jean-Roger Gauvain (futur associé du GAEC du Goutheau) la direction à suivre. Cette opération est presque un modèle du genre : portage temporaire de foncier, placement financier pour un investisseur désireux de diversifier son capital, installation d’un jeune sur une structure de 60 ha, consolidation d’un GAEC sans oublier la sauvegarde et la mise en valeur d’un bâti historique. 
© TG

C’est l’histoire d’un magnifique manoir du XVIIe siècle blotti au sein d’un îlot d’une soixantaine d’hectares de prairies et de cultures situé à quelques kilomètres de La-Haye-du-Puits (50). L’histoire d’un agriculteur qui prend sa retraite sans repreneur et d’un propriétaire vendeur au plus vite de son bien. Le bâti, qui accuse le poids des ans, offre un gros potentiel mais la proximité immédiate de la stabulation ne favorise pas une vente en lots : manoir et dépendances d’un côté, bâtiments d’élevage, silos et foncier de l’autre.

Un condensé des métiers de la SAFER
Pour nous, il n’était pas concevable de diviser l’ensemble, insiste Jean-Louis Delahaye, chef de service à la SAFER Basse-Normandie. Notre volonté était de trouver le financement et d’installer un jeune. Cette opération, au final, c’est un condensé des métiers de la SAFER, de la gestion temporaire d’une ferme à la mise à l’étrier d’un jeune en apportant une solution financière”.
Gestion temporaire ? Traduisez CMD. En attendant de trouver une solution pour l’ensemble, la SAFER, à travers une Convention de Mise à Disposition, à loué temporairement les parcelles à différentes agriculteurs du coin. Il n’aura guère fallu plus d’un an pour assembler les différentes pièces du puzzle.

Assembler le puzzle
C’est tout d’abord Jean-Roger, bac pro en poche et travaillant à l’extérieur, qui a manifesté sa volonté de s’installer “mais pas tout seul”, insiste-t-il. Ensuite, et parce que la SAFER travaille en amont, elle a déniché un apporteur de capitaux. Aucun lien avec l’agriculture mais une volonté de diversifier son capital à travers un investissement sans risque au rendement médian (environ 3,5 %).
Pour autant, la boucle n’était pas bouclée, l’apporteur de capitaux ne couvrant qu’une partie de l’investissement. C’est alors que Jean-Roger et chacun des membres du GAEC du Goutheau, qu’il va rejoindre après y avoir été stagiaire pendant 2 ans, vont assumer leur part de responsabilité en investissant à titre individuel.  Mais le collectif va jouer aussi. La structure GAEC a elle-même investit en achetant le terrain sur lequel elle va construire, à terme, sa nouvelle stabulation.  “C’est le projet de tout un groupe avec beaucoup de cohérence”, conclut Jean-Louis Delahaye. 
Pour Jean-Roger, non pas un aboutissement mais le point de départ d’un projet de vie avec de nombreux challenges à relever au cours de ces 25 années de bail contractualisées. Une future bergerie, une activité touristique, l’intégration d’un autre jeune associé, le regroupement et la création d’un nouveau siège d’exploitation... Le travail ne manque pas. L’envie de construire et reconstruire non plus !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité