Aller au contenu principal

Jeanine Blondel : « Il faut vivre avec l’espoir »

C’est avec ses deux frères que Jeanine Blondel passera les fêtes de fin d’année. Cette agricultrice retraitée, installée à Reffuveille (sud Manche), garde le sourire malgré cette crise sanitaire. « On ne fait pas d’imprudence mais il faut vivre avec espoir », confie-t-elle.

Jeannine Blondel - 50
Jeanine garde le sourire, elle qui a vécu les périodes de confinement avec ses deux frères, Roger et Gérard.
© dr

 L’année 2020 se termine enfin ! Une année particulière. Les adjectifs sont même difficiles à trouver pour Jeannine Blondel. Pour autant, elle garde le sourire, elle qui a vécu les périodes de confinement avec ses deux frères, Roger et Gérard. « Je reste privilégiée parce que je n’étais pas seule pendant le confinement. Mais le fait de ne plus voir les amis est déstabilisant », avoue-t-elle, qui a l’habitude d’ouvrir sa porte et de recevoir. « Ne plus avoir de dialogue pour moi qui parle beaucoup, ce n’est pas simple », s’amuse-t-elle. Ne plus faire de sport, ne plus avoir de réunions, de formations aux nouvelles technologies sont autant de choses qui l’ont marquée.

De la bienveillance

Mais très vite, le jardinage occupe son temps. « Au printemps, il y avait beaucoup de choses à faire à l’extérieur. Et finalement je me suis dit qu’il y avait plus malheureux que moi », reconnaît-elle, en faisant preuve de bienveillance tout autour d’elle.
Et si ce n’est pas Jeannine qui se déplace, ce sont ses frères. Des habitudes prises en campagne et surtout chez les Blondel, toujours prêts à aider. Sans compter les appels téléphoniques. « Cette crise sanitaire a réduit les contacts », se désole-t-elle. « On a fait des économies de café », ironise Jeannine.  

Privée de voyage

2020 aura été aussi l’année sans voyage. Pourtant, Jeannine avait l’habitude de partir avec un de ses frères en voyage avec la section des anciens exploitants de la FDSEA de la Manche.
« Cela fait des économies mais on aurait préféré dépenser. On espère que cela va reprendre. Parce qu’au fil des années, nous avons réussi à créer des bons groupes composés de gens simples, sympathiques et bienveillants », reconnait la vice-présidente de cette section. « Les gens ne savent pas trop pour l’année prochaine. Mais il faut vivre avec l’espoir de se retrouver. Espérons que cela soit possible dès le printemps », poursuit-elle.
Et pour cause, dans son calendrier, il est déjà noté le prochain voyage dans le Jura. « A la FDSEA, on essaie d’avoir des prix intéressants, avec des structures affiliées au dispositif des chèques vacances pour que tout le monde ait le droit de se promener.»

Un Noël simple

Alors pour les fêtes de fin d’année, elles se dérouleront simplement, à trois. « Le fait de réduire le nombre de personnes au moment de Noël est primordial. Alors, on laisse les gens avec leur famille et on verra nos amis plus tard », concède cette septuagénaire très active. « Il ne faut pas faire d’imprudence », assure-t-elle. Pour autant, des bons produits seront sur la table. De quoi se faire plaisir et partager de bons moments.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité