Aller au contenu principal

AOP Camembert
Le projet de grande aire AOP liquidé

A Caen, mardi 3 mars, après des négociations qui auront duré plus de deux ans, l’ODG Camembert vote finalement contre le nouveau cahier des charges et abandonne le projet de grande aire du camembert normand. Les producteurs veulent désormais obtenir l’interdiction effective du camembert « fabriqué en Normandie ».

© DB

« Je pense qu’on rate quelque chose », résume Patrick Mercier, président de l’organisme de défense et de gestion (ODG) Camembert de Normandie à la sortie de l’assemblée générale mardi 3 mars à Caen. Comme le 29 janvier, le cahier des charges a été rejeté (53% pour, 47% contre. 55% des voix étaient requises). Dans la foulée, l’abandon du projet de grande aire AOP camembert est acté à 97% des voix. Le projet d’extension de l’aire, pour lequel les producteurs ont été sollicités, « tombe avec le projet ».
« Chacun a ses raisons, indique, amer, Patrick Mercier, et chacun a davantage regardé ce qui n’allait pas pour lui que ce que ça apportait ». Le président, « très déçu » regrette : « la race normande devait se trouver renforcée dans son berceau, il n’y aura pas cet essor ». Le président est inquiet pour l’AOP. Sur les 96 000 tonnes de camembert produits, seuls 6 000 le sont en AOP*. « Nous sommes très fragiles et devons nous inquiéter de notre petite taille ».
Les industriels membres de l’ODG (Lactalis, Réo, Gillot, la coopérative Isigny-Sainte-Mère et la fromagerie du Val-de-Saire), ont majoritairement voté contre le cahier des charges. Emilie Fléchard, de la fromagerie Gillot, émue, se dit « désemparée » après le vote. « On a beaucoup travaillé et on a essayé de trouver des solutions tous ensemble ». Egalement « déçue », elle estime que le cahier des charges présenté « n’était pas un projet de filière. Des fabricants et une partie de notre production au lait cru en étaient exclus, parce que non moulé à la louche ». Elle souhaite « poursuivre le travail, mais avec une autre solution que la grande aire AOP » et milite pour une labellisation du lait.

Fin du dialogue ?
De leur côté, les producteurs appellent « les services de l’Etat à mettre en œuvre la loi, non appliquée depuis 25 ans » et d’interdire la mention « fabriqué en Normandie », affirme Patrick Mercier. Il annonce la multiplication d’actions et de communiqués dans ce sens pour sensibiliser le consommateur et envisage que des actions en justice puissent être menées « contre ceux qui fabriquent et aussi ceux qui vendent, à titre de recel ». Pour Jocelyn Pesqueux, vice-président du Criel, le dialogue pourrait ne reprendre qu’après. n

* et dont 60 000 tonnes « fabriqué en Normandie », 30 000 tonnes en-dehors de la région

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

VIDEO La Jaguar 990 TT Claas se démène dans la Manche
Le concessionnaire SM3 Claas a fait venir l’ensileuse 990 terra trac pour une démonstration dans la Manche. Venue d’Allemagne, la…
KATRINE LECORNU - MARQUE GRAND FERMAGE - AGRIAL
Marque Grand Fermage : « on veut donner une image crédible et vraie de notre profession »
Katrine Lecornu est éleveuse à Nonant, dans le Bessin (14). Depuis deux ans, elle travaille avec l’équipe marketing d’Agrial sur…
Blandine Julienne, JA 61
Blandine Julienne : " J’aime gérer le relationnel et le terrain "
Blandine Julienne est installée en lait et cultures avec son conjoint Vivien à Bizou, dans le secteur de Longy-au-Perche. D’une…
JULIEN DENORMANDIE
Julien Denormandie : « Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens »
« Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens », souligne le ministre de l’Agriculture avant d’ajouter…
Frédéric Bellanger, Orne
Chez Frédéric Bellanger, le bonheur est dans l’herbe
Pour Frédéric Bellanger, producteur de viande bovine à La Boursillière à Moutiers-au-Perche (61), le bonheur est dans le pré :…
Jennifer Morin, agricultrice
Jennifer Morin, « mieux vaut avoir le caractère bien trempé »
À Larchamp, commune nouvelle de Tinchebray-Bocage (61), Jennifer Morin est installée avec son mari en lait. Non issue du milieu…
Publicité