Aller au contenu principal

Le tournesol photovoltaïque : devenir propriétaire du système

Les panneaux solaires c’est bien. Mais des panneaux tournesol c’est mieux. L’entreprise Okwind propose des trackers solaires qui s’orientent automatiquement vers les rayons du soleil afin de pouvoir consommer sa propre production d’électricité. Depuis 2009, 250 trackers ont été installés en France et plus d’une trentaine en Normandie.

« On amène de la compétitivité à l’exploitation agricole. En général, les exploitants qui y ont goûté ont tendance à vouloir en mettre un deuxième », souligne Jean Auvray, technico-commercial chez Okwind.

Tournesol
Ce tracker se compose de 48 panneaux photovoltaïques qui vont permettre d’écrêter 18 500 kilowattheures à l’année sur les factures d’électricité, le tout en autoconsommation. Le fonctionnement du tracker se base sur le même cycle de vie que celui du tournesol. « Concrètement, le tracker se lève le matin. Il va suivre les rayons lumineux et se couche lorsque le soleil n’est plus là », explique Jean Auvray. 3 périodes solaires sont intégrées dans un automate ce qui permet au tracker de commencer sa journée. Un actionneur déclenche la rotation et l’inclinaison par l’automate, changeant la position du tracker de 2° toutes les 20 minutes. « Le tracker va se mettre directement à plat grâce à un anémomètre lorsque l’on a des vents de plus 11m/s. Cela n’empêchera pas de produire tout de même », ajoute le commercial.

Installation et production
« Nous faisons des études gratuites qui vont nous permettre de calibrer le tracker par rapport à la consommation du client ». 5 gammes de trackers sont proposées (de 12 panneaux à 64 panneaux soit, de 3 kilos à 19,2 kilos). Okwind réalise dès lors une reproduction 3D de l’exploitation (études d’ombrage et validation de l’implantation ) pour ainsi garantir une conservation maximum de place et laisser de l’espace pour la conduite des véhicules.

Résultats
« On devient propriétaire de cette économie-là, on est plus locataire EDF », affirme Jean Auvray. En effet, 18 500 kilowattheures représentent 2 500 euros d’écrêtement sur la facture de l’exploitant. Le tracker solaire Okwind permet d’obtenir une couverture de 20 à 40 % de la consommation d’électricité. Toute surproduction est redistribuée dans le réseau EDF.

Fabrication
La conception du tracker est 100% française hormis les panneaux solaires qui sont, eux, Allemands. « Nous avons choisi des panneaux allemands solarworld de par leur fiabilité », admet l’homme. Grâce à un savoir-faire poussé ainsi que des compétences fortes, la trentaine de personnes basée à Vitré (35) propose à ses clients un service non négligeable.
 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité