Aller au contenu principal

Portrait de jeune
[VIDÉO] Lucas Condé, exemple d’une jeunesse encore motivée par l’élevage

Lucas Condé est fou de Parthenaises. Étudiant au lycée agricole du Robillard, dans le Calvados, il aspire à s’installer un jour sur sa propre ferme. En attendant, il vit au rythme de l’élevage, pour son plus grand plaisir.

Lucas Condé étudie au lycée agricole du Robillard. Lorsqu’il rentre le week-end, il retrouve avec plaisir les vaches Parthenaises de son père.
© LM

Décroissance, déconversions, mal-être au travail… Autant de termes (sur)employés dans le milieu agricole pour évoquer une génération sacrifiée, qui ne croît plus à l’élevage. Et pourtant, parmi ces échos, des jeunes prouvent que le métier-passion anime encore beaucoup d’entre eux. C’est le cas de Lucas Condé, originaire de Chouain, dans le Bessin, dans le Calvados

Une vocation

« Depuis tout petit, je suis dedans », admet Lucas Condé, 17 ans, actuellement en terminale du bac professionnel Conduite et gestion de l’entreprise agricole (CGEA) du lycée agricole du Robillard. Le jeune homme ne voit pas sa vie autrement qu’au champ. Une passion transmise par son père, issu du milieu rural. « Depuis qu’il marche, il me suit », avoue Sébastien Condé. Ce dernier est en double activité avec d’un côté, ses missions à la mairie de Bayeux, de l’autre, son activité d’éleveur de vaches allaitantes depuis 2016.  

L’amour de la Parthenaise s’est transmis de père en fils. « Je suis fier de Lucas. S’il arrive à s’installer, ce sera formidable. Et comme ça, lorsque je serai en retraite, j’irai lui donner des coups de main », s’amuse Sébastien Condé. © LM

« On a toujours aidé des copains agriculteurs », complète Lucas Condé. En internat au lycée la semaine, le week-end venu, il travaille sur une ferme voisine. « J’y apprends beaucoup de choses », concède-t-il. Lucas Condé souhaite s’orienter vers un BTS production végétale en alternance, toujours au Robillard. « Ça me permettra d’être complet pour une future installation. […] C’est mon objectif, mon rêve », affirme-t-il. 

Lire aussi : Devenir vétérinaire rurale, le rêve de Priscille Toutain

L’amour de la Parthenaise

S’il pense déjà à son installation, c’est parce que Lucas Condé observe l’exploitation de son père, laquelle compte une quarantaine d’animaux, dont treize vaches. Le troupeau, 100 % à l’herbe (14 ha de SAU), est essentiellement composé de Parthenaises. « C’est une race peu commune. On voulait une espèce qui sorte de l’ordinaire. A la revente, elle est connue pour ses qualités bouchères, dont la tendreté de la viande. C’est extrêmement fin au squelette », qualifie Sébastien Condé, avant de compléter : « On engraisse les femelles et tous les mâles sont vendus en taurillons. C’est un troupeau inscrit. On voit avec le technicien de l’OS Parthenaise pour repérer les meilleurs veaux et les vendre. » 

Lors de la dernière édition de Vachement Caen, en septembre 2023, le jeune homme a défilé fièrement avec sa propre vache, une Parthenaise nommée Stendhal. Le duo a remporté le premier prix de sa section lors du concours de jeunes présentateurs. © LM

En parallèle, Lucas Condé travaille tous les week-ends sur une exploitation en polyculture élevage (Charolais et Prim’Holstein). « Ce que j’aime par-dessus tout, c’est le contact avec les animaux », admet-il. N’ayant pas encore passé son baccalauréat, l’étudiant a d’ores et déjà trouver son alternance. Ce sera à une quinzaine de kilomètres du foyer familial, dans une ferme en partie céréalière. 

Lire aussi : Dix ans après : Antoine Houssiaux, éleveur épanoui dans le Calvados

Promouvoir en défilant

Afin de compléter son expérience, Lucas Condé s’essaye depuis plusieurs années déjà aux concours et démonstrations telles que Bœuf en fête à Maltot, le festival de la viande à Torigny-les-Villes et le dernier en date, Vachement Caen et son premier concours de jeunes présentateurs. « C’était une super opportunité. […] On apprend en discutant avec les autres éleveurs », confie-t-il. 

Lucas Condé, entouré de son père, Sébastien, et de sa belle-mère, Karine, ainsi que de Jean-Yves Heurtin et d’Anne de Sainte Marie, respectivement président et directrice de la Chambre d’agriculture du Calvados, lors de la seconde édition de Vachement Caen. © LM

Il a remporté le premier prix de sa section aux côtés de sa vache Stendhal, une Parthenaise âgée de deux ans et originaire de Vendée qu’il s’est offerte pour son anniversaire. « Les Parthenaises sont très calmes et très maternelles. […] Au champ, on peut les approcher et les caresser », confie-t-il, le regard pétillant. Nul doute que Stendhal et Lucas fouleront encore quelques rings ces prochaines années.

Lire aussi : [EN IMAGES] Vachement Caen 2023, vachement rôdé

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Pascal Le Brun a été entendu par les adhérents des sections lait de la FDSEA et JA, représentées par Ludovic Blin, Edouard Cuquemelle et Luc Chardine.
FDSEA et JA interpellent Pascal Le Brun d'Agrial
Le 11 avril dernier, une cinquantaine d'adhérents des sections lait de la FDSEA et des JA ont rencontré Pascal Le Brun d'…
Ghislain Huette (à gauche) et Armand Prod'Homme (à droite)
"JA61, c'est avant tout une équipe"
La relève est assurée. Le lundi 15 avril 2024, Armand Prod'Homme et Ghislain Huette ont été nommés coprésidents du syndicat des…
Philippe Chesnay cultive sur 54 ha en bio du colza, de l'avoine et du trèfle principalement.
Aides de la PAC : ça ne passe toujours pas
Philippe Chesnay, agriculteur en grandes cultures, est toujours en attente d'une aide de 300 euros, qui devait lui être versée…
A Bretteville-sur-Ay, Charlène et Thomas Lebreuilly, maraichers bio, ont échangé avec le premier ministre, Gabriel Attal, en présence des responsables agricoles de la Manche.
Gabriel Attal, Premier ministre dans la Manche : "L'agriculture est une force et une chance"
Le Premier ministre, Gabriel Attal, s'est déplacé dans la Manche, samedi 27 avril, en débutant par la Foire aux bulots de…
Un projet de voie verte a été porté à connaissance d'exploitants de la Vallée de la Touques, ce qui inquiète l'association pour la protection de l'environnement de la vallée de Saint-Julien-sur-Calonne, zone inondable.
Vallée de la Touques, dans le Calvados : bientôt des cyclistes dans les champs ?
L'Association pour la protection de l'environnement de la vallée de Saint-Julien-sur-Calonne, dans le Calvados, est sur le pied…
Le festival de l'élevage revient à l'hippodrome de Vire vendredi 31 mai et samedi 1er juin 2024.
Festival de l'élevage 2024 à Vire : "le concours phare" des Prim'Holsteins en Normandie
La ville de Vire, dans le Calvados, va de nouveau accueillir son festival de l'élevage, vendredi 31 mai et samedi 1er juin…
Publicité