Aller au contenu principal

UE et exportation
Réflexion positive pour développer le marché du cidre

Vendredi 24 juillet, Stéphanie Yon-Courtin a rassemblé les membres de la profession à la ferme de Billy, à Rots (14). La députée européenne souhaite inscrire le cidre dans l’Organisation commune des marchés (OCM) des produits agricoles pour que la filière bénéficie d’aides à l’exportation.

© JP

« Il faut sauver le soldat cidre », attaque Stéphanie Yon-Courtin, vendredi 24 juillet, à la ferme de Billy à Rots. La députée européenne (Renew Europe) présente son idée aux producteurs et à la presse : inscrire le produit dans l’organisation commune des marchés (OCM) des denrées agricoles. « Exportons pour aider la filière cidre à se relever de la crise liée au Covid-19 », détaille celle qui est aussi conseillère départementale.

Purs-pommes

Car la crise sanitaire liée au Covid-19 met à mal la filière cidricole, dont les pertes de chiffre d’affaires sont en chute libre alors que les stocks montent en flèche. En quelques mois, des aides gouvernementales sont tombées : « 5 millions d’euros pour distiller l’excédent de pommes à 50 €/hL, des exonérations de charges sociales et patronales, un plan de communication de FranceAgriMer », rappelle Bertrand Bouyx, élu au Département. Mais pas de quoi satisfaire les acteurs et rassurer les producteurs quant à la pérennité de leur avenir. « Les mesures de crise ont été prises en urgence, reconnaît Thomas Pelletier, président de la Fédération nationale des producteurs de fruits à cidre (FNPFC). Maintenant, réfléchissons à comment développer le marché, dans une approche positive. Le cidre est sorti de l’OCM en 2011 à cause du cider anglais, un produit agroalimentaire qui compte moins de 25 % de pommes. Mais les cidres espagnols, français et polonais sont des purs-pommes. » Stéphanie Yon-Courtin reprend : « au-delà des aides nationales, définissons le cidre comme un produit transformé à base de fruits et intégrons-le dans l’OCM pour qu’il bénéficie d’aides à l’exportation. Je propose d’écrire au commissaire européen chargé de l’agriculture (Janusz Wojciechowski, NDLR). »

Profiter des vins

L’idée, c’est que le cidre suive la voie des vins et spiritueux français dont la renommée n’est plus à faire. FranceAgriMer distribue 280 millions d’euros au titre de l’organisation commune des marchés aux acteurs de la filière viticole. « Notre filière doit se structurer, moderniser ses outils. Une meilleure communication et une valorisation des cidres AOP et autres rendraient le produit plus vendable à l’export. Appuyons-nous sur la visibilité des vins. » « Le cidre n’est pas reconnu en Europe car la définition du produit n’est pas la même partout, constate Olivier Vauvrecy. Mais la critique est facile. Sortons de l’image du cidre avec les galettes. Ne nous plaignons pas et revendiquons la diversité des cultures européennes. » Le producteur a perdu 90 % de son chiffre d’affaires en avril et en mai. Mais il a profité du confinement pour « repenser sa gamme, être créatif. Nous étions concentrés, le téléphone ne sonnait pas, il n’y avait personne sur la route. Positivons ! » Thomas Pelletier enchaîne et argumente : « la PAC 2021-2027 se négocie. Elle appelle au verdissement. La filière cidricole coche les case, 30 % est en bio ». Stéphanie Yon-Courtin reconnaît une fenêtre de tir et tentera d’obtenir un résultat « si possible en un an ».

Du 6 au 8 février 2021 Les acteurs de la filière cidre annoncent l’organisation du prochain Cidrexpo, samedi 6, dimanche 7 et lundi 8 février 2021, au Wip, à Colombelles. Le week-end sera ouvert à tous, le lundi réservé aux professionnels.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

VIDEO La Jaguar 990 TT Claas se démène dans la Manche
Le concessionnaire SM3 Claas a fait venir l’ensileuse 990 terra trac pour une démonstration dans la Manche. Venue d’Allemagne, la…
KATRINE LECORNU - MARQUE GRAND FERMAGE - AGRIAL
Marque Grand Fermage : « on veut donner une image crédible et vraie de notre profession »
Katrine Lecornu est éleveuse à Nonant, dans le Bessin (14). Depuis deux ans, elle travaille avec l’équipe marketing d’Agrial sur…
Blandine Julienne, JA 61
Blandine Julienne : " J’aime gérer le relationnel et le terrain "
Blandine Julienne est installée en lait et cultures avec son conjoint Vivien à Bizou, dans le secteur de Longy-au-Perche. D’une…
JULIEN DENORMANDIE
Julien Denormandie : « Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens »
« Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens », souligne le ministre de l’Agriculture avant d’ajouter…
Frédéric Bellanger, Orne
Chez Frédéric Bellanger, le bonheur est dans l’herbe
Pour Frédéric Bellanger, producteur de viande bovine à La Boursillière à Moutiers-au-Perche (61), le bonheur est dans le pré :…
Jennifer Morin, agricultrice
Jennifer Morin, « mieux vaut avoir le caractère bien trempé »
À Larchamp, commune nouvelle de Tinchebray-Bocage (61), Jennifer Morin est installée avec son mari en lait. Non issue du milieu…
Publicité