Aller au contenu principal

La plus ancienne des Cuma de la Manche
Cuma de Landelles : 60 ans de service aux agriculteurs

Le 31 mai 2024, la Cuma de Landelles a fêté ses 60 ans, tout en inaugurant le premier bâtiment couvert de panneaux photovoltaïques dans le réseau des Cuma de la Manche. L'occasion pour le président, Sébastien Chesnel, de revenir sur ses six décennies, marquée par l'évolution de l'agriculture.

1964 est l'année de la création de la Cuma de la Sélune. "Cinq agriculteurs ont été à l'origine de la Cuma", précise Sébastien Chesnel, président actuel de la structure. Une structure collective qui a su évoluer au fil des années et surtout des étapes phares de l'agriculture. Les responsables tout comme les adhérents se souviennent de l'arrivée de la première automotrice, de l'ensileuse...

"Le maïs a remplacé en quelque sorte les betteraves", rappelle le président. La PAC, les différents plans de soutien ont permis aux exploitants agricoles de monter en production. Et pour prendre moins de risque, tout en ayant du matériel de qualité, la Cuma a pris tout son sens.

Lire aussi : Cuma : adapter ses outils pour moins consommer

Un premier salarié en 2012

Sont arrivés les quotas, puis les mises aux normes, les couverts, végétaux... La batteuse a fait son entrée en 2002, tout comme la première bineuse. "La FD Cuma cherchait une structure pour faire des essais. Nous y avons répondu positivement", se souvient Sébastien Chesnel. La désileuse a été acquise en 2012. 

Et c'est là que le premier salarié, dans un premier temps à mi-temps, est arrivé à la Cuma de Landelles. Autrement dit "la main-d'œuvre entrait dans la Cuma", s'exclame le président. Le premier hangar a été construit trois ans plus tard pour permettre de regrouper le matériel. 

Si le nombre de salariés a évolué puisqu'aujourd'hui la Cuma compte deux chauffeurs mécaniciens, un chauffeur désileuse, une secrétaire à temps partiel et un apprenti, un des adhérents sait conduire le matériel pour permettre de remplacer le salarié si besoin ou venir l'épauler.

Lire aussi : [VIDEO] Désileuses automotrices : « le coût de revient est plus bas en Cuma »

Le risque partagé en Cuma

Au total, ce sont 137 matériels qui sont portés par la Cuma, et qui permettent d'intervenir sur différents travaux des champs. "Être en Cuma, c'est permettre d'avoir un matériel récent, performant, tout en réduisant ses charges de mécanisation sur son exploitation", note un des responsables. Et si un adhérent souhaite voir un matériel arriver dans la Cuma, il lui suffit de convaincre autour de lui des exploitants pour que le projet aboutisse. Ce fut le cas pour le semoir à semis direct, ou encore du broyeur à paille qui devrait être acheté.

"Nous sommes toujours restés à la gestion individuelle au matériel, et cela se passe plutôt bien", reconnaissent les responsables. "Et chaque matériel a un responsable", précise le président. "Le risque est moins important quand il est partagé", ajoute un autre.

L'innovation est aussi dans toutes les têtes. La technologie arrive dans les exploitations. Et aujourd'hui les huit tracteurs sont tous équipés de GPS par exemple. "L'innovation ne peut se faire qu'en Cuma", martel Sébastien Chesnel.

Lire aussi : Un salon pour tout savoir sur la désileuse automotrice à Vire

La Cuma la plus importante de la Manche

Un second bâtiment est rentré en service au 1er janvier 2023 "couvert de panneaux photovoltaïques pour amortir la charpente", prévient le trésorier. Avec un chiffre d'affaires de 900 000 €, la Cuma de Landelles reste une des plus importantes de La Manche. Elle vient de fêter ses 60 ans le 31 mai 2024. 

Avec une moyenne d'âge de ses adhérents de 40 ans, et avec l'arrivée des jeunes générations, la Cuma a de l'avenir. "La Cuma, tout en préservant les conditions de travail de ses salariés, viendra aider beaucoup de fermes, qui doivent faire face à un manque de main-d'œuvre", conclut Sébastien Chesnel.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Commémorations : des restrictions de circulation à prévoir le 6 juin 2024
À l'occasion des commémorations du 80e anniversaire du Débarquement, une zone de circulation régulée (ZCR) va être mise en place…
La grande championne du concours régional Prim'Holstein, cette année, est PLK Plusbelle du Gaec Christal de l'Eure.
[EN IMAGES] Festival de l'élevage de Vire : le Graal pour PLK Plusbelle
Elles étaient nombreuses sur le ring de l'hippodrome de Vire, samedi 1er juin 2024 : les Prim'Holsteins venues du Calvados, de l'…
Valentin Flajolet est polyvalent, entre bovins, ovins et équins. Avec Tatiana, génisse de 20 mois, il participe à son 1er concours en tant qu'associé.
Valentin Flajolet, jeune éleveur bien dans ses bottes dans le Calvados
Installé depuis le 15 avril 2024, Valentin Flajolet conjugue entre existant et nouveauté. À Rumesnil, dans le Calvados, il…
Yvonne Mancel, entourée de son fils, Jacques, sa belle-fille, Christine et sa petite-fille, Barbara.
À 103 ans, Yvonne Paris se souvient de la drôle de guerre
À 103 ans, Yvonne Paris fait partie des témoins précieux de cette Seconde Guerre mondiale. Dans les moindres détails, elle se…
Hervé Morin veut régionaliser l'accès à l'agrivoltaïsme
Après avoir tapé du poing sur la table sur la "méthanisation", Hervé Morin remet le couvert sur "l'agrivoltaïsme". La Région…
La semaine dernière, l'association L214 s'est introduite dans un élevage de volailles du département.
L'association L214 s'infiltre dans une ferme ornaise
La semaine dernière, l'association L214 s'est introduite dans un élevage de volailles du département. Une action dénoncée par la…
Publicité