Aller au contenu principal

Eau
[EN IMAGES] Dans le Cormolain, la qualité de l'eau au centre d'échanges

Une réunion d'information a réuni une vingtaine d'agriculteurs jeudi 26 avril 2024 à Cormolain, dans le Calvados. Organisée par les Chambres d'agriculture, le Syndicat mixte de production d'eau de la région Sud Bessin-Pré Bocage et le Conseil départemental, l'objectif était d'encourager les agriculteurs à s'investir dans la définition des bassins d'alimentation des ressources du territoire de Cormolain.

À Cormolain, entre Bessin et Bocage virois, dans le Calvados, l'eau est un sujet épineux. Depuis peu, le forage est devenu une zone de captage dite sensible - elle n'est pas pour autant classée prioritaire, pour le moment. La dégradation récente et progressive de la qualité de l'eau brute a conduit la préfecture du Calvados et l'Agence régionale de santé (ARS) a demandé au Syndicat mixte de production d'eau de la région Sud Bessin-Pré Bocage de mener une étude pour définir les bassins d'alimentation des ressources du territoire de Cormolain en vue d'établir une future aire d'alimentation de captage (AAC).

Ce type de disposition est déjà mis en place sur le bassin de Saon, près du Molay-Littry, par exemple. Les Chambres d'agriculture sont à la manœuvre. Afin de relayer le dispositif, une réunion d'information a été organisée à Cormolain, jeudi 26 avril 2024.

Lire aussi : [EN IMAGES] Maïs : itinéraire pour réduire le recours aux herbicides

Prévenir

Si la date de réunion n'a pas satisfait l'entièreté de l'assemblée - "Il y a eu assez d'eau ces dernières semaines pour qu'on mette cette réunion en pleine période d'ensilage d'herbe", a déploré l'une d'entre elles - une vingtaine d'exploitants, majoritairement installés en polyculture élevage, ont fait le déplacement. 

"Il y a une problématique de dépassement en molécules de dégradation des produits phytosanitaires à Cormolain et des nitrates à la Suzannière. C'est le fait générateur", introduit Julien Daurios, référent eau pour les CAN. En matière de phytosanitaires, la concentration de l'eau ne doit pas dépasser 0,1 μg/l. À Cormolain, elle est de 0,08 μg/l. Encore en dessous, mais en constante progression. Sur la Suzannière, les nitrates avoisinent les 40 μg/l, quand il ne faut pas outrepasser 0,50 μg/l.

Lire aussi : Changement climatique : pas d’agriculture sans eau

Une zone très large

Un cabinet d'études en hydrogéologie a été sollicité pour délimiter la zone, laquelle s'étend sur plus de 11 000 ha et 16 communes. L'idée est donc d'impliquer les agriculteurs volontaires pour conduire des essais (avec accompagnement technique) afin de mettre en œuvre des pratiques agroécologiques pour le maintien de la qualité de l'eau. 

"Pour le moment, il n'y a pas d'obligation réglementaire", rassure Julien Daurios. "Ça commence par du volontaire et ça finit par du réglementaire", rétorquent certains participants. "Ce n'est pas la position du Calvados. Si la dynamique n'est pas bonne et que ça s'aggrave en termes de qualité, le préfet pourrait mettre des choses en place. Mais ce n'est pas notre objectif. On veut que ce soit gagnant-gagnant", a tenté de rassurer l'Agence de l'eau. "Nous sommes des chefs d'entreprise, il faudrait mettre la compensation financière avant les contraintes et pas l'inverse. [...] Des contraintes on en a déjà plein", rétorque l'un d'eux.

Lire aussi : Demain des vaches les sabots palmés dans l’eau salée ?

Participer

La caractérisation de l'AAC devrait durer jusqu'à la fin de l'année. Elle sera suivie d'un diagnostic jusqu'en 2025, puis de l'élaboration du programme d'actions et de sa mise en œuvre. "Il faut vraiment se mobiliser parce qu'à partir du moment où il y a des plans d'actions, il faut être partie prenante", conseille Clotilde Hareau, élue des CAN.

Une représentativité de 80 % de la zone est recherchée. Pour ce faire, Loélia Picard (CAN) va contacter les agriculteurs locaux afin de mener 120 diagnostics sur les 260 exploitations potentielles et d'identifier des axes d'amélioration.

Lire aussi : CycleForWater : un an et 10 500 km plus tard

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Commémorations : des restrictions de circulation à prévoir le 6 juin 2024
À l'occasion des commémorations du 80e anniversaire du Débarquement, une zone de circulation régulée (ZCR) va être mise en place…
La grande championne du concours régional Prim'Holstein, cette année, est PLK Plusbelle du Gaec Christal de l'Eure.
[EN IMAGES] Festival de l'élevage de Vire : le Graal pour PLK Plusbelle
Elles étaient nombreuses sur le ring de l'hippodrome de Vire, samedi 1er juin 2024 : les Prim'Holsteins venues du Calvados, de l'…
Valentin Flajolet est polyvalent, entre bovins, ovins et équins. Avec Tatiana, génisse de 20 mois, il participe à son 1er concours en tant qu'associé.
Valentin Flajolet, jeune éleveur bien dans ses bottes dans le Calvados
Installé depuis le 15 avril 2024, Valentin Flajolet conjugue entre existant et nouveauté. À Rumesnil, dans le Calvados, il…
Yvonne Mancel, entourée de son fils, Jacques, sa belle-fille, Christine et sa petite-fille, Barbara.
À 103 ans, Yvonne Paris se souvient de la drôle de guerre
À 103 ans, Yvonne Paris fait partie des témoins précieux de cette Seconde Guerre mondiale. Dans les moindres détails, elle se…
Hervé Morin veut régionaliser l'accès à l'agrivoltaïsme
Après avoir tapé du poing sur la table sur la "méthanisation", Hervé Morin remet le couvert sur "l'agrivoltaïsme". La Région…
La semaine dernière, l'association L214 s'est introduite dans un élevage de volailles du département.
L'association L214 s'infiltre dans une ferme ornaise
La semaine dernière, l'association L214 s'est introduite dans un élevage de volailles du département. Une action dénoncée par la…
Publicité