Aller au contenu principal

Caprin
Des chèvres Anglo nubiennes élisent domicile dans l’Orne

Au Ménil-Erreux, dans l’Orne, Dorine Brisard, 22 ans, a opté pour une race caprine peu répandue, l’Anglo nubienne. Installée depuis mars 2023, elle transforme son lait sur la ferme familiale.

Des oreilles tombantes, des robes aux couleurs diverses et hautes sur pattes, la quarantaine de chèvres de race Anglo nubienne pure et croisée a élu domicile au Ménil-Erreux dans l’Orne. Dorine Brisard, 22 ans, élèves ces caprins depuis mars dernier, « un souhait qui me suivait depuis petite ».

Installée sur la ferme familiale, en GAEC – quatre associés et un salarié, un atelier de 110 vaches allaitantes, de taurillons, de poulets et différentes cultures –, l’éleveuse a effectué un BTS et un CS Caprins, qui lui ont permis de voyager. C’est en Corse, en Irlande et en Belgique, qu’elle a pu se former dans des élevages caprins de différentes tailles, avant de pouvoir élever ses propres chèvres.

Un lait de qualité

« Très sociable et au tempérament plus calme, l’Anglo nubienne est une race pourtant peu répandue en France », indique Dorine Brisard, qui l’a choisie, entre autres, pour la valorisation des chevreaux en reproduction et en fermes pédagogiques. Issue d’un croisement entre une race anglaise et une race africaine. « Elle se différencie des autres par son apparence et pour sa production de lait, plus riche en TB et TP ». Un lait de qualité dit forcément une production plus faible : 2 l de lait par jour.

« J’aimerais, grâce à une meilleure sélection, passer à 3,5 l de lait par jour », espère l’éleveuse, dont un crottin nécessite 0,5 l de lait et une bûche 1,6 l de lait. La ration des caprins se compose de foin, de luzerne, de pois, de maïs grain, de correcteur pour l’équilibrer et de pâturage sur 4,5 ha.

Le carachèvre, une recette 100 % maison

Dorine Brisard a fait construire un bâtiment contenant les deux quais de traite – « j’y passe 35 minutes par traite, avec l’aide de ma mère » –, l’atelier de transformation et la boutique. « C’est grâce à ma famille que j’ai eu la chance de pouvoir monter mon atelier », insiste l’éleveuse.

Crottins, bûches et fromages frais aux pétales de rose notamment garnissent son étal bien fourni, qui se distingue de ses homologues. « L’idée est de proposer de nouvelles choses, tout en conservant les indémodables », précise Dorine Brisard, qui a inventé un fromage très original : le carachèvre, « réalisé et validé durant mon apprentissage ».

Pratique : Label chèvre, Les Neufs-Essarts, Ménil-Erreux. Tél. 07 88 46 07 45. Une porte ouverte est prévue fin septembre prochain.  
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Commémorations : des restrictions de circulation à prévoir le 6 juin 2024
À l'occasion des commémorations du 80e anniversaire du Débarquement, une zone de circulation régulée (ZCR) va être mise en place…
La grande championne du concours régional Prim'Holstein, cette année, est PLK Plusbelle du Gaec Christal de l'Eure.
[EN IMAGES] Festival de l'élevage de Vire : le Graal pour PLK Plusbelle
Elles étaient nombreuses sur le ring de l'hippodrome de Vire, samedi 1er juin 2024 : les Prim'Holsteins venues du Calvados, de l'…
Valentin Flajolet est polyvalent, entre bovins, ovins et équins. Avec Tatiana, génisse de 20 mois, il participe à son 1er concours en tant qu'associé.
Valentin Flajolet, jeune éleveur bien dans ses bottes dans le Calvados
Installé depuis le 15 avril 2024, Valentin Flajolet conjugue entre existant et nouveauté. À Rumesnil, dans le Calvados, il…
Le festival de l'élevage revient à l'hippodrome de Vire vendredi 31 mai et samedi 1er juin 2024.
Festival de l'élevage 2024 à Vire : "le concours phare" des Prim'Holsteins en Normandie
La ville de Vire, dans le Calvados, va de nouveau accueillir son festival de l'élevage, vendredi 31 mai et samedi 1er juin…
Yvonne Mancel, entourée de son fils, Jacques, sa belle-fille, Christine et sa petite-fille, Barbara.
À 103 ans, Yvonne Paris se souvient de la drôle de guerre
À 103 ans, Yvonne Paris fait partie des témoins précieux de cette Seconde Guerre mondiale. Dans les moindres détails, elle se…
Hervé Morin veut régionaliser l'accès à l'agrivoltaïsme
Après avoir tapé du poing sur la table sur la "méthanisation", Hervé Morin remet le couvert sur "l'agrivoltaïsme". La Région…
Publicité