Aller au contenu principal

Haie
Haiecobois dénonce les contraintes du label haie dans la Manche

Après avoir visité une plantation de haie, un chantier de bois déchiqueté sur l'exploitation de Jean-François et Stéphanie Tapin à Feugères, puis la chaufferie du collège de Périers, l'association Haiecobois a voulu sensibiliser différents acteurs, dont le préfet de la Manche, aux actions de gestion de haies dans la Manche.

Depuis 2001, la filière bois bocagère dans la Manche se développe avec notamment la mise en place de chaudières à bois déchiqueté. Ce fut le cas à Périers au collège en 2010. "Il nous faut 100 tonnes par an pour alimenter la chaudière qui permet de chauffer différentes installations comme le collège, le pôle enfance de la Communauté de communes ou encore le gymnase", expliquent Steve Gosselin et Elise Radigue de l'entreprise Dalkia, en charge de la maintenance des installations pour le compte du Conseil départemental de la Manche. 

Et la matière première provient de la ressource locale. Un des apporteurs se situe à quelques centaines de mètres. Il s'agit de François Rihouet, agriculteur à Périers, et adhérent à l'association Haiecobois. "Il s'agit du bois de l'année précédente qui doit répondre à des normes. Je prends une pelle pour mesurer le taux d'humidité qui doit se trouver entre 20 à 25 %", explique le technicien, qui gère chaque arrivée de copeaux.

Lire aussi : [EN IMAGES] La FDSEA de la Manche se veut active et proactive

Un second plan bocage en écriture

Si 25 collèges dans la Manche sont équipés de chaufferie, c'est en raison d'une politique du Conseil départemental en faveur du bocage. Un premier plan a été élaboré entre 2017 et 2021. "Et nous écrivons le deuxième qui s'étendra jusqu'en 2028 afin de continuer à aider à la plantation pour préserver et valoriser le blocage manchois", indique Véronique Martin-Morvan, conseillère départementale.

Lire aussi : La haie en session CAN : plein les bottes d'attendre

Montrer les enjeux de la filière

Le 12 avril dernier, différents acteurs de la filière, dont le préfet de la Manche, Xavier Brunetière, étaient réunis autour d'Emmanuel Jean, président de l'association Haiecobois, sur le secteur de Périers. L'occasion d'expliquer l'enjeu de la filière et la gestion des haies dans la Manche, premier département bocager de France. 

"L'association réunit 250 producteurs qui permettent d'alimenter 56 chaufferies, et produire 5 000 tonnes de bois dont 3 500 tonnes pour le chauffage et 1 500 tonnes pour le paillage", précise Emmanuel Jean. Haiecobois s'appuie aussi sur la Cuma départementale Ecovaloris pour conduire les chantiers de déchiquetage, Cuma qui compte 600 adhérents et un chiffre d'affaires de 500 000 €.

Lire aussi : Entretien : pas de cours d'eau à la main dans la Manche

Stop à la réglementation

À quelques kilomètres de la chaudière sur la commune de Feugères, la délégation a accompagné le préfet de la Manche sur l'exploitation de Stéphanie et Jean-François Tapin pour voir à la fois une plantation de haies et un chantier de déchiquetage. 

"J'ai planté 100 m de haies il y a deux ans avec le concours du Conseil départemental", explique Jean-François Tapin. Sur l'exploitation, il compte 140 ml/ha de haies. Il s'est doté d'un plan de gestion comme 65 % des adhérents de Haiecobois. "On a assez de haies sur nos exploitations, avant de devoir en remettre au milieu des champs", sourit un agriculteur pour faire écho aux nombreuses réglementations en cours sur la gestion de la haie.

Lire aussi : [EN IMAGES] Avec les haies, il faut oublier ses préjugés pour en tirer parti

Faire une marge positive

Et c'est un des points que l'association Haiecobois a voulu mettre en avant auprès du représentant de l'État. "Aujourd'hui, nous avons encore trop de contraintes sans parler du coût de l'entretien. Les charges d'entretien se montent à 64 € HT/t. Si je voulais faire une marge positive, il faudrait plutôt tendre vers 100 € HT/t sur mon exploitation, m'équilibre étant à 84 € HT/t", note Jean-François Tapin. 

C'est sans parler du label haie auquel il est opposé comme les adhérents. "Ce label impose à nouveau 40 points de contrôles supplémentaires. Sur le plan national, il n'y a que 100 agriculteurs qui se sont engagés. Cela prouve bien que cela ne correspond pas aux attentes du terrain. Les plans de gestion durable des haies sont suffisants", insiste l'éleveur

Il tire la sonnette d'alarme également sur le fonds chaleur de l'Ademe qui préconise 10 % de bois labellisé. "C'est mettre un frein au développement des chaufferies et à l'alimentation par du bois local", conclut-il.

Mieux comprendre sur le terrain

Dans le cade de France Nation Verte, le Pacte en faveur de la haie a été présenté à l'automne dernier par le ministre de l'Agriculture. Le préfet de la Manche, Xavier Brunetière, est venu sur le secteur de Périers à l'invitation de Haiecobois pour "mesurer et comprendre toute cette filière, cette économie qui participe aussi à la réduction des gaz à effets de serre", explique-t-il.

Il a rappelé également que le programme national "vise à ce que la haie ait une rentabilité, une valeur économique parce qu'elle constitue un des leviers de la réduction des gaz à effets de serre. J'entends les préoccupations et les attentes d'adaptation face au label haie. Mais au-delà du label, on a un enjeu global de gestion des haies. Cela a été évoqué au travers d'Haiecobois avec une logique de gisement sur 20 km autour des chaufferies, une ressource locale, une gestion durable et raisonnée... Ce sont des éléments importants qui nous permettront d'atteindre nos objectifs 2030 dans le cadre de la planification écologique. Cela a une vraie valeur, un vrai intérêt", conclut-il.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Pascal Le Brun a été entendu par les adhérents des sections lait de la FDSEA et JA, représentées par Ludovic Blin, Edouard Cuquemelle et Luc Chardine.
FDSEA et JA interpellent Pascal Le Brun d'Agrial
Le 11 avril dernier, une cinquantaine d'adhérents des sections lait de la FDSEA et des JA ont rencontré Pascal Le Brun d'…
Ghislain Huette (à gauche) et Armand Prod'Homme (à droite)
"JA61, c'est avant tout une équipe"
La relève est assurée. Le lundi 15 avril 2024, Armand Prod'Homme et Ghislain Huette ont été nommés coprésidents du syndicat des…
Philippe Chesnay cultive sur 54 ha en bio du colza, de l'avoine et du trèfle principalement.
Aides de la PAC : ça ne passe toujours pas
Philippe Chesnay, agriculteur en grandes cultures, est toujours en attente d'une aide de 300 euros, qui devait lui être versée…
Le festival de l'élevage revient à l'hippodrome de Vire vendredi 31 mai et samedi 1er juin 2024.
Festival de l'élevage 2024 à Vire : "le concours phare" des Prim'Holsteins en Normandie
La ville de Vire, dans le Calvados, va de nouveau accueillir son festival de l'élevage, vendredi 31 mai et samedi 1er juin…
A Bretteville-sur-Ay, Charlène et Thomas Lebreuilly, maraichers bio, ont échangé avec le premier ministre, Gabriel Attal, en présence des responsables agricoles de la Manche.
Gabriel Attal, Premier ministre dans la Manche : "L'agriculture est une force et une chance"
Le Premier ministre, Gabriel Attal, s'est déplacé dans la Manche, samedi 27 avril, en débutant par la Foire aux bulots de…
Un projet de voie verte a été porté à connaissance d'exploitants de la Vallée de la Touques, ce qui inquiète l'association pour la protection de l'environnement de la vallée de Saint-Julien-sur-Calonne, zone inondable.
Vallée de la Touques, dans le Calvados : bientôt des cyclistes dans les champs ?
L'Association pour la protection de l'environnement de la vallée de Saint-Julien-sur-Calonne, dans le Calvados, est sur le pied…
Publicité