Aller au contenu principal

Main-d’œuvre
Julien Vauquelin, 250e salarié du groupement d’employeurs du Calvados

Pour la première fois, en septembre 2023, le GE 14 a passé la barre des 250 salariés mis à disposition des exploitants calvadosiens. C’est quand Julien Vauquelin a démarré un CDD, rapidement converti en CDI. Le jeune homme travaille aujourd’hui chez Mathilde Vermès, à Bernières-d’Ailly.

Le vendredi, Julien Vauquelin s’occupe de la vente de pommes de terre au magasin de la Ferme d’Ailly. « Mathilde me donne des responsabilités en tant que salarié », apprécie le jeune homme.
© JP

Pourquoi le GE 14 ? « Pour voir différents systèmes », répond Julien Vauquelin, 21 ans, salarié depuis le mois de septembre du groupement d’employeurs du Calvados. Le jeune homme a tiré le numéro gagnant : il est la 250e recrue de l’association.

Lire aussi Groupement d’employeurs du Calvados : un bilan prometteur pour 2022

« J’aime le milieu agricole »

Julien Vauquelin est fils d’un exploitant dans la plaine sud de Caen. Il suit au collège et au lycée un enseignement général, puis un BTS Acse à la MFR de Maltot. « J’ai travaillé avec mon père, j’ai fait des stages dans des fermes et des saisons chez Lepicard agriculture. Le milieu me plaît », affirme-t-il. Il a donc dans le viseur une reprise de ferme pour s’installer. Son père est encore jeune et il veut voir du paysage agricole. « J’ai fait mon apprentissage dans une ferme laitière de l’Orne. C’était bien, mais je ne ferai pas d’élevage. » Sorti de formation, il cherche du travail. Son père lui souffle l’idée du GE 14, qu’il a utilisé pour des saisonniers. « J’ai commencé une première mission de six semaines, en CDD, chez un maraîcher. Ça m’a bien plu. »

Lire aussi Emplois agricoles : comment lever les freins à l’embauche ?

Des candidats pertinents pour le poste

En parallèle, Mathilde Vermès, exploitante agricole à Bernières-d’Ailly, en grandes cultures, pommes de terre et oignons, cherche à recruter. « J’avais un salarié depuis six ans et demi, qui est parti. Je fais appel au GE 14 pour les travaux saisonniers, car ça évite les tracas administratifs. Je leur ai demandé de m’appuyer pour le nouveau recrutement. Le GE a géré l’annonce, qu’il a adaptée d’un temps partiel à un temps complet. On m’a présenté deux personnes pertinentes pour le poste », retrace l’exploitante.

« Le GE gère le recrutement, le contrat de travail, les bulletins de paye, le suivi RH (période d’essai, entretien pro…). L’exploitant est en charge au quotidien de donner les consignes et de veiller à la santé sécurité au travail. Le GE est l’employeur, l’agriculteur est appelé adhérent utilisateur et le salarié est employé par le GE et mis à dispo chez le ou les agriculteur(s). » Jennifer Marie, directrice du GE 14. 

Un temps complet plus qu'un temps partiel

Après son CDD, Julien, qui habite à Caen, se voit proposer un mi-temps près de Bayeux en grandes cultures. Et un contrat de 35 h/semaine chez Mathilde Vermès, qui fait des légumes de plein champ. La deuxième mission à temps complet a sa faveur. « J’avais aussi plus d’appétence pour le poste, car c’est un système que je ne connais pas », décrit-il. Ça match entre Mathilde et Julien. Depuis un mois, il gère les livraisons, le lundi, des pommes de terre et des oignons, la vente en magasin le vendredi et le conditionnement le reste de la semaine. « Je pense qu’être salairié avant de s’installer est une bonne chose, glisse Julien, car on se forge différentes opinions sur le métier. » De son côté, Mathilde salue la souplesse du GE et insiste sur le temps gagné : « le GE gère tout l’administratif, je n’ai pas de déclaration à faire à la MSA sur l’embauche. C’est du clé en main »

LE GE 14 se développe

259 salariés en octobre 2023, contre 6 salariés lors de sa création en 2016
16 apprentis en 2023, contre cinq en 2022
265 adhérents en 2023 
240 000 heures de mise à dispostion en 2023, soit l’équivalent de 130 ETP
5 personnels administratifs et une apprentie RH, contre une seule personne (Jennifer Marie) lors de sa création en 2016
L’association expérimente de nouveaux services comme la mise à disposition de personnel administratif au sein des exploitations agricoles.
Contact : Jennifer Marie, 07 68 80 48 50 ; mail : jennifer.marie@ge14.fr 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Pascal Le Brun a été entendu par les adhérents des sections lait de la FDSEA et JA, représentées par Ludovic Blin, Edouard Cuquemelle et Luc Chardine.
FDSEA et JA interpellent Pascal Le Brun d'Agrial
Le 11 avril dernier, une cinquantaine d'adhérents des sections lait de la FDSEA et des JA ont rencontré Pascal Le Brun d'…
Ghislain Huette (à gauche) et Armand Prod'Homme (à droite)
"JA61, c'est avant tout une équipe"
La relève est assurée. Le lundi 15 avril 2024, Armand Prod'Homme et Ghislain Huette ont été nommés coprésidents du syndicat des…
Philippe Chesnay cultive sur 54 ha en bio du colza, de l'avoine et du trèfle principalement.
Aides de la PAC : ça ne passe toujours pas
Philippe Chesnay, agriculteur en grandes cultures, est toujours en attente d'une aide de 300 euros, qui devait lui être versée…
Le festival de l'élevage revient à l'hippodrome de Vire vendredi 31 mai et samedi 1er juin 2024.
Festival de l'élevage 2024 à Vire : "le concours phare" des Prim'Holsteins en Normandie
La ville de Vire, dans le Calvados, va de nouveau accueillir son festival de l'élevage, vendredi 31 mai et samedi 1er juin…
A Bretteville-sur-Ay, Charlène et Thomas Lebreuilly, maraichers bio, ont échangé avec le premier ministre, Gabriel Attal, en présence des responsables agricoles de la Manche.
Gabriel Attal, Premier ministre dans la Manche : "L'agriculture est une force et une chance"
Le Premier ministre, Gabriel Attal, s'est déplacé dans la Manche, samedi 27 avril, en débutant par la Foire aux bulots de…
Un projet de voie verte a été porté à connaissance d'exploitants de la Vallée de la Touques, ce qui inquiète l'association pour la protection de l'environnement de la vallée de Saint-Julien-sur-Calonne, zone inondable.
Vallée de la Touques, dans le Calvados : bientôt des cyclistes dans les champs ?
L'Association pour la protection de l'environnement de la vallée de Saint-Julien-sur-Calonne, dans le Calvados, est sur le pied…
Publicité