Aller au contenu principal

Région Normandie
Transition : amorcer le mouvement grâce à la Maec forfaitaire

La Région mise sur la transition agroécologique. Pour ce faire, elle propose une Maec forfaitaire d’un montant de 18 000 €, cofinancé par la Région Normandie et l’Union européenne, pour aider les exploitations à initier le mouvement, ou le poursuivre, en matière de diminution des phytosanitaires, de bilan carbone ou d’autonomie protéique. Décryptage.

Un nouveau dispositif d'aides est mis en place par la Région Normandie pour amorcer la transition agroécologique sur les exploitations.
© Région Normandie

Pour son mandat 2023-2027, la Région Normandie a annoncé en mai 2022 le déblocage de 60 millions d’euros par an en matière de politique agricole. À ce titre, elle a décidé de miser sur le volet transition agroécologique, en parallèle des aides à l’installation et aux investissements.

Pour ce faire, elle a lancé une Mesure agroenvironnementale et climatique (Maec) forfaitaire appelée « transition des pratiques », également nommée « contrat de transition ». Le budget alloué est de 10 millions d’euros sur ce volet, ce qui permettra d’accompagner 500 exploitations normandes.

Pourquoi accompagner le changement des pratiques agricoles ?
« Sur les trente dernières années, les émissions de GES de l’agriculture en France n’ont baissé que de moins de 10 %, alors que l’objectif global de l’Europe est de réduire les émissions de GES de 55 % d’ici 2030 (base 1990) et d’atteindre la neutralité carbone en 2050 », rappelle la Région Normandie.
 
La perspective de la diminution des précipitations, de l’augmentation des températures moyennes (entre 1 à 3,5 °C), et donc par incidence, l’accroissement des dégradations de la qualité des sols, du stress thermique pour les troupeaux et du stress hydrique pour les cultures, enjoignent plus que jamais la Région Normandie à soutenir « l’agriculture de demain, face aux défis de l’atténuation et de l’adaptation au changement climatique, par l’accompagnement au changement des pratiques ».

Contrairement aux aides PAC du même nom, la Maec forfaitaire se raisonne « à l’échelle du système et non plus à la parcelle ou à la surface », spécifie Stéphane Berzinger, directeur technique de la Chambre d’agriculture du Calvados, engagée sur le dossier. Le montant total de l’aide s’élève à 18 000 € sur cinq ans, soit 3 600 € versés annuellement.

Réduction des IFT

Parmi les itinéraires pouvant intéresser les exploitants normands, trois voies peuvent être privilégiées. La première, la stratégie phytosanitaire, vise la réduction d’au moins 30 % de l’usage des herbicides et non herbicides (mesures via les IFT), en cinq ans.

Des solutions comme la diversification des assolements et des rotations, la modification des pratiques culturales, le renforcement du travail mécanique du sol, etc., peuvent à ce titre être envisagées.

Objectif carbone

La seconde voie porte sur le bilan carbone. Si la ferme parvient à réduire son bilan carbone d’au moins 15 % en cinq ans, l’aide est obtenue. Réduire les engrais minéraux de synthèse en privilégiant les ressources organiques, miser sur l’introduction des légumineuses, réduire l’âge du premier vêlage ou encore implanter des haies ou introduire les prairies dans les rotations sont autant de voies possibles.

Autonomie protéique

Quant au troisième itinéraire, il s’agit de l’amélioration de l’autonomie protéique de son élevage. Plusieurs conduites sont ici possibles telles que l’augmentation de ses surfaces d’intérêt protéique, l’élévation de la surface pâturée par UGB ou encore l’augmentation de la part de concentrés auto-produits.

La réduction de la Matière azotée totale (MAT) dite « bateau » sur le total de la MAT achetée est également envisageable. L’exploitant choisira au moins deux de ces quatre blocs techniques. « De nombreuses exploitations sont déjà engagées dans ces transitions. La Maec forfaitaire peut leur permettre de valoriser ces actions », constate Stéphane Berzinger.

Prérequis

L’accompagnement du contrat de transition est réalisé par une structure agréée par la Région Normandie : Chambre régionale d’agriculture de Normandie, CER France, cabinet Langlois, Littoral Normand et réseau des Civam Normands. D’autres structures vont être agréées prochainement.

Un diagnostic agroécologique de l’exploitation doit être réalisé afin de mesurer « l’état initial et l’état d’arrivée sur la ferme », mentionne Stéphane Berzinger. À partir de ce rendez-vous, un plan d’actions est défini. Si le bilan final au bout de cinq ans atteste que l’objectif de résultat est atteint, le Contrat de transition est validé.

Pratique
Retrouvez toutes les informations sur ce dispositif et le contact des structures agréées sur le site de la Région Normandie. Contact Région Normandie : transition-agricole@normandie.fr
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Six installations plutôt qu'un (des) agrandissement(s) en Normandie
Safer et JA Normandie ont réuni, samedi dernier à Petit-Caux près de Dieppe (76), les acteurs d'une opération foncière inédite…
Les organisateurs ont présenté l'affiche officielle et le programme, lundi 25 mars 2024 à Lisieux.
La foire de Lisieux de retour ce week-end du 6 et 7 avril 2024
Habituellement organisée début mai, la Foire de Lisieux revient dès le 6 et 7 avril 2024 pour cette nouvelle édition. Au…
GAGNEZ 2 PLACES POUR LE MATCH SMC - LAVAL
Jeu concours pour aller encourager votre club normand au stade d'Ornano !
Nicolas Legentil était l'hôte d'une porte ouverte allaitante, jeudi 14 mars, à Brémoy. Il a fait visiter son exploitation aux 250 invités.
[EN IMAGES] Taurillons : le Gaec Legentil expose son savoir-faire dans le Calvados
Jeudi 14 mars 2024, le Gaec Legentil a accueilli plus de 250 personnes sur son exploitation, à Brémoy, dans le Calvados, pour une…
Hervé Morin, président de la Région Normandie et Clotilde Eudier, vice-présidente de la Région en charge de l'agriculture, ont été accueillis chez Romain Madeleine, éleveur à Le Molay-Littry pour présenter le plan "reconquête de l'élevage allaitant", en présence de Nicolas Dumesnil (tout à gauche), président d'Interbev Normandie, et en présence du maire, Guillaume Bertier (au micro).
La Normandie à la reconquête de l'élevage bovin
C'est sur l'exploitation de Romain Madeleine, éleveur installé à Le Molay-Littry (Calvados) que la Région Normandie a lancé son…
Le nouveau bureau de la FNPL (Fédération nationale des producteurs de lait) a été élu. Il est présidé par Yohann Barbe, producteur dans les Vosges.
Ludovic Blin et Benoit Gavelle, deux Normands dans le bureau de la FNPL
Depuis le 9 avril 2024, en succédant à Thierry Roquefeuil, Yohann Barbe devient le nouveau président de la FNPL (Fédération…
Publicité