Aller au contenu principal

Quinzaine de l’installation transmission
[VIDEO] Un vent neuf souffle sur le Gaec de la Basse-cour

L’antenne des Chambres d’agriculture de Bayeux a organisé, mardi 21 novembre 2023, une porte ouverte au Gaec de la Basse-cour (Molay-Littry), dans le Calvados. Au programme : visite d’exploitation et échanges individuels afin de voir l’installation-transmission sous un autre angle. 

« C’est une visite d’exploitation un peu hors du commun que l’on vous propose aujourd’hui », introduit Sophie Lange, responsable de l’antenne de Bayeux de la Chambre d’agriculture du Calvados. Encapuchonnée sous un ciel gris, elle s’adresse à la trentaine de participants ayant fait le déplacement, mardi 21 novembre 2023, pour assister à un après-midi consacré à l’installation transmission. 

Le rendez-vous a eu lieu au Gaec de la Basse-cour, implanté au Molay-Littry. Ici, on allie tradition et modernité : l’étable, mais avec des panneaux solaires, l’herbe, mais avec un séchoir en grange ou encore la traite à la machine, mais avec un roto de 28 postes. Une vague de projets insufflée notamment avec la perspective de l’arrivée d’un jeune associé en 2022. 

Lire aussi : Emilya, jeune alternante fan de déchaumage dans le Calvados

Anticiper

Installé depuis 1997, Loïc Peres a débuté en individuel avant d’être rejoint par son beau-frère, David Letourneur, en 2004, ainsi qu’un troisième associé. C’est lors de l’arrêt d’activité de ce dernier, en 2022, qu’Antoine Peres, le fils de Loïc, est rentré dans le Gaec. Tout juste âgé de 22 ans, il s’est lancé dans l’aventure sans hésiter. 

 

« C’est assez jeune, mais j’ai eu l’opportunité avec ce départ en retraite. J’ai sauté sur l’occasion », concède-t-il. Si la suite logique était toute trouvée, le processus de transmission et l’accompagnement à l’installation a duré « un an et demi. […] Je savais ce que je voulais, c’était cadré. Mais l’attente administrative est assez conséquente, même si ça s’est bien passé », évoque le jeune homme. 

L’occasion pour les Chambres d’avertir les agriculteurs : « une transmission s’anticipe cinq ans à l’avance », martèle Sophie Lange.

Lire aussi : Le contrat de parrainage, une solution pour mieux transmettre

L’élan de la jeunesse

Avec l’arrivée d’Antoine, de nouveaux projets ont pu être mis en place. Le principal étant la construction d’un nouveau bâtiment photovoltaïque pour du stockage de fourrages, lequel s’ajoute à un bâtiment déjà construit en 2021. « L’un d’eux va être 100 % dédié au stockage de blé, quand le second pourra accueillir une trentaine de vaches taries et des génisses », remarque Loïc Peres. 

La ferme en chiffres

3 associés

170 vaches laitières

800 000 litres de lait produits par an, collectés par Danone

250 ha de SAU, dont 190 ha de prairies (100 ha pâturables autour de la ferme) et 60 ha de terres arables

43 % d’EBE produits

Le premier accueille 600 m2 de panneaux pour 100 kWc, soit environ 100 000 kWh. Le second, équivalent, devrait être finalisé en début d’année 2024. Le prix de rachat est fixé autour de 11,5 centimes par kWh. « On a fait monter le cheptel d’une vingtaine de vaches », ajoute Antoine Peres. 

Et le Gaec s’est doté d’un roto de traite de 28 postes pour un investissement de 350 000 €, dont 80 000 € ont été financés par le PCAE - la maçonnerie a été faite par les associés eux-mêmes. Une installation qui leur permet de diminuer le temps de traite de 3 h à 1 h 30.

Lire aussi : Dix ans après : Antoine Houssiaux, éleveur épanoui dans le Calvados

Une ferme dans l’air du temps

David Letourneur et Loïc Peres n’ont pas attendu Antoine pour faire évoluer leur activité. Déjà en 2010, ils avaient investi dans un séchoir en grange. « Nous voulions faciliter la récolte du foin. Dans le secteur, il y a beaucoup de précipitation et la période de récolte est courte. Le séchoir permet d’avoir une herbe de qualité. Nous privilégions le fourrage sec à la voie humide avec l’ensilage, du fait de notre cahier des charges en agriculture biologique », explique David, associé. 

« Mon parcours scolaire s’est orienté dès le départ vers l’agricole avec un bac pro CGEA, un BTS Acse et une formation en CS lait », confie Antoine Peres, désormais âgé de 23 ans. Il a racheté les parts sociales de l’associé retraité pour 135 000 €. © LM

Des capteurs solaires placés au-dessus des deux cases de séchage permettent de réinjecter la chaleur sous le foin. En 2018, un déshumidificateur a été ajouté au système de ventilation. « C’est très gourmand en électricité. Nous envisageons un système de bâche pour gagner quelques degrés, notamment la nuit », atteste-t-il. Les panneaux photovoltaïques ont notamment été mis en marche pour pallier cette consommation électrique.

La transmission, ça se prépare

« En Normandie, l’âge moyen d’un exploitant est de 52,6 ans en 2020 », expliquent les Chambres qui enjoignent les cédants à se faire connaître auprès du Point info transmission, lequel a enregistré un boom en 2022 avec 333 prises de contact pour toute la région, soit 21 % de plus qu’en 2022.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

[LES GAGNANTS DU JOUR] Race Blanc bleu : deux éleveurs normands se démarquent
Jeudi 29 février 2024, le concours général agricole de race Blanc bleu s'est déroulé sur le ring de présentation du hall 1 du…
La SCA normande mise à l’arrêt forcé par les agriculteurs à Lisieux
Lundi 29 janvier 2024, sous l’impulsion de la FDSEA et des Jeunes agriculteurs, la profession s’est mobilisée pour bloquer la SCA…
Lucie Lesieur, heureuse éleveuse de Salers
À Rônai, dans l'Orne en Normandie, Lucie Lesieur s'épanouit enfin à la ferme. Après une formation en commerce, elle décide, alors…
[NEWS DU SALON] Grande championne, Hamada renouvelle l'exploit
Et un, et deux victoires à Paris pour Hamada, une Normande, jugée exceptionnelle par le juge, Charles Delalande le jour du…
[EN VIDEO] La Normande devient la star du Salon international de l'agriculture 2024
Sur les billets d'entrée, ou encore sur les affiches, dans le métro, la Normande sera à l'honneur pour la 60e édition du Salon…
Dans le Calvados, Elisabeth Borne remet les pieds sur terre
Jeudi 8 février 2024, l'ex Première ministre a visité le Gaec Pupin à Maizet dans le Calvados. Elisabeth Borne, désormais simple…
Publicité