Aller au contenu principal

Prairiales, pâturage
VIDEO. La prairie, un revenu naturel pour l'éleveur

Pour les éleveurs, le pâturage est le moyen le moins cher de produire du lait. Anthony Gilmas, installé à La-Ferrière-Bochard dans l’Orne, a fondé son système tout herbe sur cette logique de réduction des charges. Il s’appuie, entre autres, sur les mesures de pousse de l’herbe du programme super-G avec la Chambre d’agriculture de Normandie.

Au sud de l’Orne, à quelques encablures de la Sarthe et de la Mayenne, la ferme laitière d’Anthony Gilmas s’étend sur 90 hectares, « 95% de prairies », annonce fièrement l’éleveur. Son troupeau bigarré laisse encore entrevoir quelques Prim’holstein, mais le taureau, Normand cette année, devrait encore un peu plus faire disparaître cette ancienne tendance. En 2014, l’éleveur a en effet changé son fusil de braquet et entamé une nouvelle façon de produire son lait.

Florine Gervais, conseillère en élevage à la Chambre d’agriculture de Normandie, mesure la pousse de l’herbe chaque semaine dans les parcelles d’Anthony Gilmas, éleveur laitier en système tout herbe à La-Ferrière-Bochard dans l’Orne.
Florine Gervais, conseillère en élevage à la Chambre d’agriculture de Normandie, mesure la pousse de l’herbe chaque semaine dans les parcelles d’Anthony Gilmas, éleveur laitier en système tout herbe à La-Ferrière-Bochard dans l’Orne.

Les techniques pour valoriser l’herbe

Après avoir réimplanté de la prairie, Anthony Gilmas opte pour le pâturage tournant dynamique en 2016. « Aujourd’hui, je suis en système tout herbe. Les laitières ont accès à 49 ha, ce qui fait 75 ares par vache ». L’organisation en paddocks permet une concentration de vaches sur une petite parcelle d’herbe pendant un nombre de jours limité. Cette année, les vaches ont pâturé dès le 5 février. « Elles y restent jusque début ou mi-décembre, selon la portance des sols ». Le relief du parcellaire est varié, « des vallons, des fonds de pré, un peu toutes les terres ».  Il y trouve toujours une parcelle dont le sol est portant pour faire pâturer son troupeau en fin d’hiver. Les veaux sont aussi mis à l’herbe très tôt : « ils naissent au printemps principalement et au bout de 15 jours, ils sont dehors, dans une parcelle d’herbe avec une niche à veaux ».

Réduire toutes les charges de structure

 

« L’objectif de mon système tout herbe est le gain de temps et un confort de travail, parce que j’aime bien être dehors avec mes vaches », sourit Anthony Gilmas. L’éleveur préfère travailler avec la prairie qu'avec des cultures, et que la région bocagère s'y prête. L’intérêt est aussi économique, « plus on pâture, moins on met d’intrant, moins les vaches sont en bâtiment et moins il y a d’achat ». Il est gagnant au niveau des charges de structure, « le tracteur sert principalement deux mois dans l’année : pour soigner les vaches, pailler l’hiver et pour faire les foins et les chantiers de fauche ». Il concède acheter un peu de sel, « et encore », s’amuse-t-il. Le lait est commercialisé en bio depuis trois ans, une bonne valorisation, améliorée par la réduction des charges.

A lire aussi : Les éleveurs du GIEE de la Manche présentent aux Prairiales un essai en vue de conserver les bénéfices de la prairie

Les veaux sont mis à l’herbe dès 15 jours dans une parcelle, avec une niche. « Ils sont à l’herbe tout petits, après ils font leur saison au pré, au printemps et tout l’été », détaille l’éleveur Anthony Gilmas.
Les veaux sont mis à l’herbe dès 15 jours dans une parcelle, avec une niche. « Ils sont à l’herbe tout petits, après ils font leur saison au pré, au printemps et tout l’été », détaille l’éleveur Anthony Gilmas.

 

Comment mesurer l’herbe

 

Anthony Gilmas participe depuis 2018 au programme super G. Toutes les semaines, Florine Gervais, conseillère en élevage à la Chambre d’agriculture de Normandie, relève les indicateurs de la pousse de l’herbe et Florian Bellou, conseiller élevage fourrages, note ses informations de pâturage. « Tous les vendredis, je cale ma semaine sur ces mesures », reconnaît Anthony Gilmas, même si, depuis quatre ans, il a appris à observer ses parcelles. Il participe aussi à l’essai de la nouvelle application créée par PâturNET et GrassMan, distribuée par Littoral normand, Happygrass. Il saisit ses mesures dans un logiciel : « ce qui me paraît intéressant, c'est de pouvoir faire le suivi des parcelles directement sur le téléphone, sans être obligé de le faire au bureau. »

http://www.prairiales-normandie.fr/

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Eleveur laitier à bout de souffle : il s'en est sorti et il témoigne
Marcel, 35 ans, s’est installé en Gaec en 2009, dans le bocage ornais. Entre les investissements, l’installation d’une troisième…
panneaux solaires
Soleil 14, ou le cadastre solaire pour tomber dans le bon panneau
Soleil 14 est portée par le Syndicat départemental d’énergies du Calvados et les 16 intercommunalités du département. La…
500 ch en bord de mer
Vincent Michel, ferme de la Saline dans le Calvados, a commandé avant l’été, le Fendt Vario 1050. Il est arrivé dans la cour de…
coopération laitière, négociations commerciales
La coopération laitière lance une alerte
Dans le bras de fer commercial opposant distribution et transformation qui doit trouver son épilogue avant le 1er mars 2022, la…
Littoral Normand Déleg Génisses
Déleg Génisses : un service à la hauteur des attentes et en devenir
Un peu plus d’un an après son lancement par Littoral Normand, retour bilanciel sur Déleg Génisses, un service de délégation d’…
RENCONTRE FILIERE PORCINE FRSEA NORMANDIE
La production porcine à l’heure de la loi Egalim 2
Egalim 2, fin de la castration, crise du porc… les sujets n’ont pas manqué pour animer la réunion organisée par la FRSEA de…
Publicité