Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Entreprise
Pour une prairie aux petits oignons

Que l´entreprise spécialisée dans la fabrication de régénérateurs de prairies soit normande n´est qu´un juste retour de la nature. Aujourd´hui, elle l´attelle à un quad pour les gazons des rurbains et se diversifie dans le régénérateur pour piste à chevaux.

Il a la carrure d´un forgeron et son tempérament est trempé d´acier. Mais le métier n´ayant plus cours, c´est vers la charronrerie (l´entreprise de son beau-père qu´il a reprise en 1979) et la serrurerie qu´il s´est tout d´abord orienté.
Autodidacte, Philippe Langeard (1) a su faire fructifier son affaire et diversifier son activité fut-ce dans des marchés de niche. Il doit désormais 10 % de son chiffre d´affaires aux régénérateurs. Régénérateurs de prairies, d´espaces verts (attelés sur micro-tracteur voire quad) et de sable pour piste à chevaux. Détour du côté de Chambois, aux limites de la plaine d´Argentan/Trun et des collines du Pays d´Auge.

La référence Roger
Il est vrai qu´en reprenant en 1999 l´entreprise Roger, marque référence dans le domaine des régénérateurs de prairies, Philippe Langeard ne s´est pas trompé de couleur. Pouvait-il d´ailleurs en être autrement puisqu´il en assurait déjà la distribution sur son secteur ? L´entreprise Roger, basée à Valframbert (près d´Alençon) aujourd´hui siège de la SERMA dont Philippe Langeard est agent Mc Cormick et Fendt, il va la déménager à Chambois dans une partie des anciens locaux de la laiterie Buquet.
Dès la première année d´activité, il en vend trente pour grimper jusqu´à la cinquantaine quelque temps plus tard. L´essentiel de ses clients, il les trouve dans l´Orne, la Manche, le Calvados, l´Eure... Mais aujourd´hui, communication aidant, il s´attaque au marché hexagonal. Il exposait d´ailleurs au dernier SPACE de Rennes "sans trop de touches" pondère-t-il cependant. S´il commercialise 70 % de sa fabrication en vente directe, il s´appuie également sur le réseau SCAR (groupement d´achat) et d´autres distributeurs locaux pour développer son activité.

Pas de révolution
mais des évolutions
"On a gardé le même principe mais, grâce à notre expérience, nous avons apporté un certain nombre d´améliorations" lâche Philippe Langeard. Ce principe, c´est notamment le brevet de la dent à double tranchant déposé en 1965 par M. Roger. Tout est fabriqué de A à Z à Chambois sauf les têtes qui sont découpées par oxydécoupage par un sous-traitant. Question de qualité de finition du travail. En 5 ans, l´entreprise Langeard a fait évoluer le produit : galvanisation des châssis, repliage hydraulique à simple ou double effet, renforcement des pièces d´usure, modification des triangles et des étriers...
La gamme comprend aujourd´hui 7 modèles (attelage semi automatique) de 3,10 m de largeur de travail à 6,10 m pour un poids variant de 285 à 600 kg. Le repliage hydraulique est proposé de série à partir du modèle P29145 et en option pour les petits modèles. La largeur sur route oscille d´1,90 m à 3 m.
"Le principal concurrent du régénérateur de prairie, c´est l´ébouseuse, explique Philippe Langeard. Mais attention, ce n´est absolument pas le même travail. Le régénérateur, grâce à ses dents à couteaux, aère la racine et favorise le tallage et la repousse de l´herbe. L´ébouseuse se contente d´étaler les bouses et les taupinières". A vous de juger !
Th. Guillemot
(1) : Rue Paul Buquet 61160 Chambois
Tél. 02 33 36 83 68
Fax. 02 33 35 45 76
Email. ets.langeard@wanadoo.fr

Sous le sabot du cheval
Nouveauté proposée
par l´entreprise Langeard : le régénérateur sable
pour piste à chevaux.
Un concept mis au point
en collaboration
avec les hommes de piste de l´hippodrome d´Argentan (61). Quatre modèles de 3 à 6 mètres composent la gamme. Conçu pour niveler, défoncer, tasser
et remonter le sable dans les virages,
le régénérateur sable dispose d´un bâti tubulaire avec barre niveleuse avant
et arrière. Les deux rangées de dents carrées sont montées sur châssis réglable en profondeur
par manivelle. Une chaîne marine à l´arrière permet d´égaliser le sable.
En option : la galvanisation du châssis.

Secret de fabrication
n Point fort : la dent à couteaux réversible. Elle assure un véritable travail de scarification de la prairie et aère la racine favorisant ensuite le tallage et la repousse.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Ludovic Blin Président de la section laitière régionale de la FRSEA Normandie “ Et maintenant ? ”
A l’heure où le déconfinement s’organise progressivement sur le territoire français, le secteur laitier dresse un premier bilan…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité