Aller au contenu principal

À la tête du GDS du Calvados
Jonathan Lenourichel, la force tranquille et le consensus

Jonathan Lenourichel, 40 ans, est installé avec son frère Dimitri dans le Bessin. Il est, depuis février 2021, président du GDS du Calvados. L’éleveur de Formigny bataille contre la tuberculose et les élevages en déshérence.

Jonathan Lenourichel est président du GDS Grand Ouest
Jonathan Lenourichel est président du GDS Grand Ouest, où il travaille sur la paratuberculose, et administrateur de GDS France.
© DR

Barbe rousse mais pas corsaire ; 40 ans, marié, trois enfants ; cheveux poivre et sel ; voix imposante mais rassurante ; le sourire facile et la force tranquille ; fan du SM Caen. Voilà en quelques mots le portrait du nouveau président du Groupement de défense sanitaire du Calvados. Un homme, éleveur à Formigny dans le Bessin, qui aime « le dialogue, le consensus, le collectif. Pas grand-chose ne m’énerve, je suis beaucoup dans le contrôle ».

« L’animalier du Gaec »

Jonathan Lenourichel valide un BTS Acse à Coutances, en 2001. A 20 ans, il ne se voit pas travailler à la ferme : ne pas s’enfermer trop vite, découvrir autre chose. Il embauche alors à l’Adasea (1) du Calvados, pour monter des dossiers agri-environnementaux. « J’ai fait un peu de formation, de la cartographie, le point info installation. J’ai aimé être au contact des personnes et la diversité des missions. » En 2008, une opportunité se présente, il la saisit : une ferme se libère dans la commune, ses parents ont la cinquantaine passée et souhaitent ralentir. « J’ai dit OK, on y va. » Son installation met l’accent sur la modernisation du Gaec : « on a installé un roto de traite, on a amélioré le confort des animaux. Je pars du principe que si les animaux vont bien, l’homme va bien. J’ai mis en place une coupure entre le perso et le pro. » Son frère, Dimitri, arrive en 2014. Dans ses valises : 45 ha et une micro-méthanisation. L’exploitation compte désormais 170 laitières pour 1 695 000 l de lait et 260 ha. « On livre le lait à la Coopérative Isigny-Sainte-Mère et on travaille avec la Coopérative de Creully. » Jonathan Lenourichel est « l’animalier du Gaec ». La partie cultures revient à Dimitri.

Travailler pour le collectif

Le GDS - « auquel on a toujours été cotisant » - arrive assez vite dans la vie de l’éleveur. « En 2011, j’ai accepté de postuler comme délégué, car un cousin qui y était administrateur m’a dit que le GDS cherchait du monde. Il ne m’avait pas dit qu’il cherchait aussi des administrateurs », sourit Jonathan Lenourichel. Il accepte. Le sanitaire l’intéresse. La structure a un « minimum d’indépendance », elle est proche du terrain. « J’aime travailler pour le collectif, mettre en place des actions pour le bien commun. » Il devient dès 2015 le bras droit d’Alain Legentil. « J’étais flatté de devenir son vice-président, car je ne prétends pas avoir toutes les capacités. » En regardant dans le rétro, Jonathan Lenourichel mise sur son ouverture d’esprit, ses facilités à dialoguer et son esprit constructif pour l’avoir mené vers la tête du GDS. Puis tombe la pandémie de Covid-19. Les élections sont reportées. « Les délégués élisent le conseil d’administration. C’est important qu’ils voient pour qui ils votent. » Les élections sont finalement calées entre deux confinements, en février 2021. Depuis, « c’est parti ».

Avancer en concertation

Le président du GDS prend ses fonctions en pleine recrudescence de tuberculose bovine. Sept foyers en trois mois, dont deux hors zone de prophylaxie, sont découverts. Le président, qui suivait « déjà le dossier avant », met en place avec la Chambre d’agriculture et la DDPP des réunions d’information pour les éleveurs. « L’administration doit sortir de son bureau et rencontrer les agriculteurs, qui sont des professionnels. Il ne faut pas laisser fonctionner le téléphone arabe mais leur expliquer les choses. » Son appétence pour la concertation va être mise à l’épreuve de la tub : « en juin, nous allons décider, avec l’ensemble des OPA, les vétos, la Chambre, la DDTM et j’en oublie, si nous passons tout le département en prophylaxie ». Car l’un des objectifs de son mandat est bien « d’éradiquer la maladie. Je vais faire tout mon possible pour qu’on ait une photo de la situation dans le département, qu’on fasse le ménage et qu’on s’en débarrasse ». A l’ordre du jour : former les éleveurs à la biosécurité, surveiller la faune sauvage, discuter, informer, intégrer les élus. Son deuxième cheval de bataille : la déshérence. « On manque d’outils pour lutter contre, alors qu’il y a des accidents toutes les semaines. Et l’image de la profession est entachée. » Ce sera son combat auprès des députés et des élus locaux. « Le bien-être animal est un sujet sensible. » Ce sera aussi, peut-être, un challenge pour lui, car il y a bien quelque chose que l’homme n’aime pas : « la mauvaise foi et le blabla ».

(1) Association départementale d’aménagement des structures des exploitations agricoles.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Pascal Le Brun a été entendu par les adhérents des sections lait de la FDSEA et JA, représentées par Ludovic Blin, Edouard Cuquemelle et Luc Chardine.
FDSEA et JA interpellent Pascal Le Brun d'Agrial
Le 11 avril dernier, une cinquantaine d'adhérents des sections lait de la FDSEA et des JA ont rencontré Pascal Le Brun d'…
Ghislain Huette (à gauche) et Armand Prod'Homme (à droite)
"JA61, c'est avant tout une équipe"
La relève est assurée. Le lundi 15 avril 2024, Armand Prod'Homme et Ghislain Huette ont été nommés coprésidents du syndicat des…
Philippe Chesnay cultive sur 54 ha en bio du colza, de l'avoine et du trèfle principalement.
Aides de la PAC : ça ne passe toujours pas
Philippe Chesnay, agriculteur en grandes cultures, est toujours en attente d'une aide de 300 euros, qui devait lui être versée…
Le festival de l'élevage revient à l'hippodrome de Vire vendredi 31 mai et samedi 1er juin 2024.
Festival de l'élevage 2024 à Vire : "le concours phare" des Prim'Holsteins en Normandie
La ville de Vire, dans le Calvados, va de nouveau accueillir son festival de l'élevage, vendredi 31 mai et samedi 1er juin…
A Bretteville-sur-Ay, Charlène et Thomas Lebreuilly, maraichers bio, ont échangé avec le premier ministre, Gabriel Attal, en présence des responsables agricoles de la Manche.
Gabriel Attal, Premier ministre dans la Manche : "L'agriculture est une force et une chance"
Le Premier ministre, Gabriel Attal, s'est déplacé dans la Manche, samedi 27 avril, en débutant par la Foire aux bulots de…
Un projet de voie verte a été porté à connaissance d'exploitants de la Vallée de la Touques, ce qui inquiète l'association pour la protection de l'environnement de la vallée de Saint-Julien-sur-Calonne, zone inondable.
Vallée de la Touques, dans le Calvados : bientôt des cyclistes dans les champs ?
L'Association pour la protection de l'environnement de la vallée de Saint-Julien-sur-Calonne, dans le Calvados, est sur le pied…
Publicité